FACTEURS INFLUENÇANT LA RELATION ENTRE L'EVALUATION DE L'EFFORT PERÇUE PAR L'ENTRAINEUR ET CELLE PERÇUE PAR L'ATHLETE

Mar 5 / François DUCOURANT
La pratique du monitoring de la charge est désormais courante dans de nombreux sports d'équipe et individuels. Les principaux objectifs sont d'améliorer la préparation des athlètes à l'entraînement et de minimiser le risque de dépassement, de blessure et/ou de maladie. Un mélange de méthodes subjectives et objectives est utilisé pour quantifier les demandes internes et externes. Il a été démontré que les mesures subjectives reflètent les changements aigus et chroniques liés à l'entraînement des athlètes et peuvent l'emporter sur les mesures objectives pour contrôler la réponse à l'entraînement. Bien que des mesures subjectives de la gestion de la charge soient souvent utilisées dans le cadre appliqué, il faut reconnaître que la qualité des données reçues par le praticien peut être menacée.

La perception de l'effort perçu (RPE) est généralement utilisée pour mesurer la charge interne et est basée sur le calcul du taux de score des athlètes sur l'échelle Borg de 1-10 multiplié par la durée de l'exercice. La popularité du RPE est renforcée par des preuves montrant qu'il est valide, fiable et sensible dans une série de contextes, avec l'avantage d'être facile à administrer et non pénible. La réponse de l'athlète peut fournir un retour d'information instantané au personnel scientifique, médical et d'encadrement afin d'éclairer la prise de décision et d'aider à déterminer l'état de préparation des athlètes à l'entraînement et à la compétition. Les entraîneurs peuvent également utiliser ce retour d'information pour vérifier si le RPE déclaré par les athlètes correspond à leur propre évaluation de l'effort prévu (RIE) (avant l'entraînement/la compétition), ou à l'évaluation de l'effort observé (ROE) (après l'entraînement ou la compétition).
Le taux d'effort perçu est considéré comme une construction biopsychosociale ; cependant, il n'est pas toujours représenté de cette manière dans un cadre appliqué. De manière anecdotique, les praticiens de la remise en forme peuvent s'intéresser aux éléments physiques de la surveillance de la charge, compte tenu de leur rôle et de leur domaine de connaissance. L'identification d'une éventuelle disparité entre l'évaluation de l'effort perçu par l'entraîneur et celle perçue par les athlètes pour une séance ou un match d'entraînement donné est utile car les erreurs de charge d'entraînement peuvent se manifester par une mauvaise gestion de la charge et/ou une réduction des performances. C’est ce à quoi s’est intéressé Paul et al. dans leur étude intitulée : Facteurs influençant la relation entre l’évaluation de l’effort perçu par l’entraineur et celle perçue par l’athlète : Une revue systématique et Méta-analyse. F. DUCOURANT nous propose sa synthèse traduction.

Objectifs de l’étude :

  • Examiner la relation entre le RPE des athlètes et le RIE et/ou le ROE des entraîneurs 
  • Identifier les facteurs contributifs possibles qui peuvent expliquer une relation potentielle, notamment les effets des différents sports, les phases saisonnières, la sélection des exercices, la classification, l'âge, la condition physique, l'expérience de l'entraîneur, le co-observateur et l'échelle utilisée 
  • Proposer des stratégies susceptibles d'améliorer la relation entre l'entraîneur et l'évaluation d'effort perçu par les athlètes. 

METHODES :

Critères d'éligibilité :

Les critères d'inclusion dans l'étude étaient les suivants :
  • L'étude a fait état d'une corrélation entre le RIE et/ou le ROE des entraîneurs et le RPE des athlètes
  • Les athlètes pratiquant des sports d'équipe ou individuels.

Recherche

Un examen systématique de toute la littérature publiée a été entrepris dans les bases de données électroniques PubMed, Google Scholar, SPORTDiscus, Science Direct et Web of Science.
Les études étaient incluses si elles répondaient aux critères suivants : 
1. Rédigées en anglais
2. Publiées dans des revues à comité de lecture
3. Incluant le RIE/ROE de l'entraîneur et le RPE de l'athlète, et le coefficient de corrélation était indiqué. La période de sélection de la littérature comprenait les études publiées jusqu'en juin 2019.

RESULTATS :

Sélection et caractéristiques des études

La recherche documentaire a permis d'identifier un total de 1615 publications uniques, dont 19 études répondant aux critères d'inclusion. Seules seize études ont été incluses dans l'analyse, car trois d'entre elles n'ont pas réussi à établir la corrélation entre l'évaluation de l'effort perçu par les athlètes et les entraîneurs. Au total, 252 hommes et 71 femmes ont été observés. La tranche d'âge des participants était de 11 à 24,6 ± 3,8 ans. La répartition de la participation aux sports d'équipe comprenait le football (5), le basketball (3), le volleyball (2), le hockey (1), le netball (1), le rugby (1) et le futsal (1), tandis que les sports individuels étaient le tennis (1), la course à pied (2) et la natation (3). La plupart des études ont examiné l'évaluation de l'effort en réponse à l'entraînement, allant de 3 sessions d'entraînement à une période de 45 semaines (saison complète).

Synthèse des résultats

Un diagramme utilisant une méta-analyse des effets aléatoires a permis de mettre en commun les coefficients de corrélation entre l'évaluation de l'effort prévu par les entraîneurs et l'évaluation de l'effort perçu par les athlètes. L’hétérogénéité des statistiques était modérée. De même, la méta-analyse de l'effet aléatoire des coefficients de corrélation regroupés du ROE de l'entraîneur par rapport au RPE des athlètes est présentée en figure 3.
En outre, ils ont également testé les différences entre les coefficients de corrélation mis en commun de l'évaluation par les entraîneurs de l'effort prévu et de l'auto-évaluation par les athlètes de l'effort perçu chez les athlètes masculins, par rapport aux études mixées (hommes et femmes).
Avec l'analyse des sous-groupes, les études qui ont utilisé le Borg CR10 ont fourni une meilleure corrélation par rapport aux études qui ont utilisé l'échelle de 6 à 20. Il n'y avait pas non plus de différences dans les coefficients de corrélation entre l'évaluation par les entraîneurs de l'effort prévu et l'auto-évaluation des athlètes lorsque l'on compare les athlètes individuels et les athlètes de l'équipe. L'analyse des sous-groupes par types de sport a révélé que les volleyeurs présentaient le coefficient de corrélation le plus élevé.

La méta-analyse à effet aléatoire des coefficients de corrélation mis en commun de l'évaluation par les entraîneurs de l'effort observé et de l'auto-évaluation par les athlètes de l'effort perçu, lorsqu'elle a été analysée en utilisant le sexe comme sous-groupe, a révélé que les hommes avaient un coefficient de corrélation plus faible que les femmes et que les athlètes hommes et femmes combinés.

Très peu d'études (n = 4) ont utilisé l'échelle de 6 à 20 et deux études impliquant des athlètes individuels ont également fait état de la corrélation entre l'évaluation de l'effort observé par les entraîneurs et l'évaluation de l'effort perçu par les athlètes. Par rapport à de nombreux autres sports, les basketteurs ont fourni la plus faible corrélation de cette relation. En comparant l'échelle d'évaluation RPE vs. sRPE en tant que sous-groupes, la corrélation entre l'évaluation de l'effort observé par les entraîneurs et l'auto-évaluation de l'effort par les athlètes était plus élevée en utilisant sRPE qu'en utilisant RPE.

DISCUSSION :

L'objectif de cette étude systématique était d'examiner la relation entre le RPE des athlètes et le RIE et/ou le ROE prévu par les entraîneurs. Les coefficients de corrélation regroupés de l'évaluation de l'effort prévu par les entraîneurs par rapport à l'auto-évaluation de l'effort perçu par les athlètes étaient de r = 0,59, et pour le ROE des entraîneurs par rapport à le RPE des athlètes, r = 0,61. Une grande variance a été observée pour la relation entre l'entraîneur et l'athlète dans les différentes études. Dans ce qui suit, les auteurs discutent des conclusions et s'appuient sur les facteurs qui peuvent affecter la relation entre la perception de l'athlète et celle de l'entraîneur et sur ce que les praticiens devraient savoir afin d'affiner leurs approches de l'utilisation de la RPE.

Sport/Entrainement

  • Les exigences physiques, cognitives, techniques et tactiques sont très spécifiques à chaque sport. Par conséquent, il semblerait qu'une grande partie du décalage entre l'entraîneur et l'athlète observé soit due aux différentes exigences de chaque sport. On peut supposer que les sports individuels peuvent offrir une association légèrement meilleure entre l'entraîneur et les athlètes. L'idée étant que l'entraînement à la pratique d'un sport individuel permet à l'entraîneur d'être plus vigilant quant à la charge de travail effectuée pendant la session. 

Comparaison des matchs et/ou des entraînements :

  • L'entraînement constitue généralement la plus grande partie du temps d'un programme hebdomadaire ; cependant, la compétition est le facteur le plus important pris en compte lors de l'ajustement de la charge d'entraînement. Il semble donc important de ne pas se focaliser uniquement sur les entrainements. Même si les entraineurs n’ont pas la connaissance de toutes les activités extérieures des joueurs qui pourraient influer sur le RPE (sorties, voyage, vie sociale, …). 

Sélection des exercices/exercice

  • Il est possible que des différences existent non seulement entre les sports, mais même pour des exercices et des entraînements différents au sein d'un sport choisi. Il a été démontré que le mode d'exercice et l'état de la condition physique influencent les scores de RPE et peuvent expliquer les différences observées dans certaines études. Par exemple, selon le RIE des kinésithérapeutes, l'échauffement n'était pas censé être physiquement exigeant, ce qui suggère une sous-estimation de la charge durant cette phase. Vaquera et al ont signalé que les différences moyennes entre les perceptions de l'entraîneur et des joueurs de basket-ball concernant la charge lors des petits matchs 1VS1, 2VS2, 5VS5 et 3 contre 2, ce qui suggère peut-être que le nombre de joueurs impliqués peut contribuer à un éventuel décalage par rapport à l'échauffement précédent. 

Classification de l'intensité/difficulté de l'entraînement

  • Certaines études ont montré que lorsque les séances d'entraînement sont conçues pour être difficiles par l'entraîneur, ces séances sont perçues comme moins intenses par les athlètes et que lorsqu'elles sont conçues pour être moins intenses par l'entraîneur, les athlètes les perçoivent comme plus difficiles. Par exemple, De Andrada a montré que lorsque l'entraîneur avait l'intention d'organiser des séances d'entraînement faciles dans un groupe de 15 athlètes masculins de volley-ball de haut niveau, seuls 3 % des joueurs le percevaient comme tel et, en fait, la grande majorité des athlètes (90 %) ont déclaré qu'il s'agissait d'un entraînement d'intensité modérée. Dans les séances proposées comme modérées et dures, 68% et 37% des athlètes ont eu la même perception que l'entraîneur, tandis que 53% ont sous-estimé l'intensité des séances, la classant comme modérée. Ce grand écart entre la répartition des entraînements et la classification de l'intensité semble être une observation faite dans d'autres études.

  • Dans la pratique, une inadéquation des séances faciles prévues par l'entraîneur peut entraîner un sur-entraînement si l'athlète perçoit constamment la séance comme étant plus difficile que prévu. À l'inverse, si la séance est perçue comme plus facile que prévu, l'athlète peut ne pas être exposé à un stimulus suffisant pour favoriser l'adaptation.

Expérience d'entraînement

  • L'expérience d'entraînement antérieure et la familiarité avec le contrôle de la charge sont susceptibles d'être des facteurs importants qui peuvent influencer la relation entre l'athlète et l'entraîneur en matière d'effort. Par exemple, il est prouvé que l'accord entre l'entraîneur et l'athlète concernant l'évaluation de l'effort augmente en fonction de l'âge chronologique de l'athlète. Dans la présente étude, le groupe des athlètes les plus jeunes (11-12 ans) présente le coefficient de corrélation le plus faible (r = 0,31, p < 0,001), tandis que le groupe des plus âgés (15-16 ans) présente la corrélation la plus élevée (r = 0,74, p < 0,001). Une plus grande exposition à l'entraînement peut permettre aux individus de déterminer plus facilement les niveaux d'intensité en permettant aux athlètes d'expérimenter et de reconnaître une variété de changements physiologiques (par exemple, le rythme cardiaque, la ventilation, l'absorption d'oxygène, le lactate sanguin), créant ainsi un ancrage interne pour leur effort.

Conditionnement physique et récupération

  • Brink visait à expliquer une éventuelle incohérence par les caractéristiques de l'entraînement sur le terrain, l'endurance intermittente et l’expérience. Les entraîneurs peuvent considérer que les joueurs ayant une capacité d'endurance intermittente plus faible percevront l'entraînement comme plus dur et, en fait, des recherches antérieures ont montré que la forme cardio-respiratoire peut influencer les réponses physiologiques à un RPE donné.
  • Doeven a également examiné la qualité totale de récupération (TQR) de 14 joueurs de basket-ball professionnels pendant une période de 6 semaines en cours de saison. Il s’est rendu compte qu’il existait une différence significative entre TQR et TQ-OR (12,7 ± 3,0 et 15,3 ± 1,3 ; p < 0,001).
  • Dans la pratique, une mauvaise correspondance peut conduire l'entraîneur à surestimer la difficulté d'une tâche par rapport aux indices externes (c'est-à-dire que les signes extérieurs de l'effort de l'athlète peuvent avoir été mal interprétés en raison d'une notion incorrecte de la récupération). Par conséquent, il est important que l'entraîneur ait une bonne compréhension du niveau de récupération perçu par les athlètes.

Expérience de l'entraîneur

  • Dans une étude incluse dans cette revue, la réponse des RIE des entraîneurs expérimentés (plus de 23 ans) et débutants (moins d'un an) a été comparée dans un échantillon de joueuses de volley-ball âgées de 18 à 25 ans. Il a été démontré que la RIE des entraîneurs débutants et experts était fortement corrélée. La pratique de l'entraînement est fortement influencée par l'expérience individuelle, la tradition, l'émulation et les antécédents de carrière. Comme l'expérience semble influencer le RPE des athlètes, il est plausible que l'expérience soit également un facteur dans l'évaluation de l'effort prévu et observé par l'entraîneur. Bien que l'accumulation d'années d'expérience en tant qu'entraîneur soit souvent reconnue comme un témoignage d'un bon entraîneur, il semblerait qu'elle ne donne pas une meilleure indication de la perception de l'effort par l'athlète.

Co-observateur

  • Dans l'étude de Redvka, les membres de l'équipe d'entraîneurs responsables de la séance d'entraînement, qu'ils soient techniciens ou préparateurs physiques, ont évalué le RPE en fonction de "l'objectif principal" déterminé par l'entraîneur technique de football pour la séance d'entraînement. Dans de nombreux sports, l'entraîneur peut rencontrer quotidiennement son staff pour discuter de l'objet de l'entraînement et de son rôle pour la session à venir. Bien que l'entraîneur soit responsable de l'ensemble de la séance, il est habituel de confier certaines parties à l’entraineur adjoint, ou préparateur physique. Il convient de reconnaître que la notation des RIE et/ou des ROE ne sera vraisemblablement pas effectuée uniquement par l'entraîneur, sans aucune influence d'organismes extérieurs, et qu'il est utile d'envisager la possibilité pour les praticiens d'enregistrer ces données.

Outil utilisé

  • Le Borg CR10 est l'outil le plus couramment utilisé pour examiner l'association entre l'évaluation de l'effort perçu par l'entraîneur et par l'athlète. La plupart des études de la présente revue ont uniquement utilisé le RPE, bien que le sRPE soit un outil plus commun dans le cadre appliqué. En comparant l'échelle d'évaluation RPE et sRPE en tant que sous-groupes, la corrélation entre l'évaluation de l'effort observé par les entraîneurs et l'évaluation de l'effort perçu par les athlètes était plus élevée lorsque la sRPE était utilisée en combinaison avec la RPE. Par conséquent, la prise en compte d'éléments tels que la durée de la séance est probablement importante lorsqu'on examine la relation entre la perception de l'effort par l'entraîneur et l'athlète.
  • Le RPE différentiel (essoufflement sRPE-B, jambes sRPE-L) mérite également d'être étudié car il a été présenté comme fournissant des détails plus précis pour l'athlète et l'entraîneur, bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires pour examiner cette réponse et la relation entre la perception de l'effort par l'entraîneur et l'athlète. D'après la présente étude, Murphy et ses collaborateurs ont séparé l'entraînement en deux parties, l'une physique et l'autre mentale, dans un groupe de joueurs de tennis juniors d'élite, la corrélation entre l'entraîneur et l'athlète s'avérant similaire pour la composante mentale (r = 0,71) et physique (r = 0,69). Étant donné que de nombreux sports comprennent de multiples exercices et se concentrent sur différentes composantes du sport, il est important que les entraîneurs, les praticiens (scientifiques du sport, entraîneurs de fitness) et les athlètes soient conscients des subtilités de la charge des exercices tout au long des séances.

Limites de l'étude

  • Manque d’informations sur l'expérience détaillée de l'entraîneur ou sur la période de familiarisation de l'athlète et de l'entraîneur avec l'outil.
  • Aucune étude n'a fourni une analyse complète des informations sur une période prolongée, manque de suivi sur le long terme.
  • 8 des 16 études ont porté sur des hommes et des femmes, et les résultats doivent donc être interprétés avec prudence, même s'il est difficile de faire des comparaisons, car les plans d'expérience diffèrent d'une étude à l'autre.
  • Une différence dans la formulation et la façon dont la question est présentée peut influencer la perception et la réponse de la participation et nécessite une reconnaissance en termes d'importance d'une communication et d'une indication appropriées.
  • L’exclusion des articles non anglais peut être considérée comme une source de biais.

Application pratique et suggestions

  • L'exposition chronique à une charge d'entraînement inappropriée peut augmenter le risque de sur-entraînement/blessures ou d'athlètes mal préparés. Bien qu'il existe des rapports selon lesquels les entraîneurs pensent qu'aucun système ne peut remplacer leur jugement et leur interaction personnelle avec chaque athlète, les conclusions de l'étude actuelle montrent que le jugement de l'entraîneur peut ne pas être corrélés avec ceux de l'athlète. Par conséquent, les praticiens doivent se méfier d'une éventuelle disparité entre l'évaluation de l'effort par l'entraîneur et par l'athlète en raison du potentiel accru d'adaptations défavorables.
  • La formation des athlètes et des entraîneurs et une meilleure communication sont considérées comme des éléments importants du suivi de la charge. Bien que cela puisse sembler théoriquement intéressant, il existe un manque général de compréhension des stratégies appropriées pour la mise en œuvre et des exemples de ce que cela implique.
  • L'état actuel de la surveillance quotidienne peut être un paradigme qui nécessite une réflexion approfondie, en particulier avec l'émergence de différentes technologies de surveillance. Si demander quotidiennement aux athlètes "quelle est l'intensité de la séance" peut sembler inoffensif pour de nombreux praticiens, il faut se rappeler que cette question est souvent associée à plusieurs autres stratégies de surveillance. En période de stress intense lié à la compétition, les effets cumulés de ces approches peuvent être considérés comme un fardeau psychologique pour les athlètes.

Conclusion

L'objectif de la présente étude était de résumer les preuves disponibles examinant l'association entre l'évaluation de l'effort perçu par l'athlète et l'évaluation de l'effort prévu et/ou observé par l'entraîneur. Bien que le RPE soit considéré comme un outil populaire, nous avons identifié que les entraîneurs et les athlètes ne sont pas toujours entièrement d'accord, ce qui signifie qu'il faut tenir compte des facteurs qui peuvent servir de médiateur à une éventuelle disparité. Dans l'ensemble, nous avons constaté une relation modérée à forte entre le RIE de l'entraîneur et le RPE réel des athlètes, alors que cette relation n'était que légèrement améliorée pour le RIE et le RPE de l'entraîneur. Les facteurs qui influent sur la solidité de ces relations peuvent dépendre de l'athlète, de l'entraîneur, de leur relation ou de facteurs environnementaux contextuels. Dans cette étude, les auteurs ont donné un aperçu des éléments dont le praticien doit tenir compte pour comprendre les facteurs contextuels qui peuvent avoir une incidence sur la déclaration des athlètes concernant l'effort perçu. En considérant les facteurs qui ont un impact sur la relation entre l'entraîneur et l'athlète, le praticien peut être en mesure de mieux aider au suivi et à l'interprétation de l'entraînement et de la charge de travail.

L'article

Paul, D., Read, P., Farooq, A. and Jones, L., 2021. Factors Influencing the Association Between Coach and Athlete Rating of Exertion: a Systematic Review and Meta-analysis. Sports Medicine - Open, 7(1). DOI : 10.1186/s40798-020-00287-2