Problèmes de dos : Avantages et inconvénients des exercices de renforcement du tronc dans le cadre de l'entraînement des athlètes

Jun 29 / Xavier LAURENT
Le mal de dos est un problème fréquent chez les athlètes et peut affecter leurs performances. Il existe de nombreux facteurs de risque potentiels pour le mal de dos chez les athlètes. Contrairement à des études portant sur le rôle des facteurs de risque spécifiques au sport (par exemple, les sollicitations de la colonne vertébrale, le volume d'entraînement, les charges internes et externes, etc.) dans l'augmentation de l'occurrence des maux de dos et des blessures rachidiennes, moins d'attention a été accordée à l'étude des effets positifs des sports (par exemple, la danse, la natation, le tai-chi, le yoga, etc.) sur la prévention et/ou la réduction des problèmes de dos chez les athlètes. Une revue systématique de Shah-Tahmassebi (2014) a identifié que les effets les plus importants de l'exercice sur la morphologie des muscles du tronc ont été rapportés par des études mettant en œuvre des programmes d'entraînement consistant en des exercices de contrôle moteur combinés à des exercices de résistance.

Une étude systématique récente de Gordon et Bloxham (2016) a révélé qu'un programme d'exercices généraux combinant force musculaire, souplesse et aérobie est bénéfique pour la rééducation des lombalgies chroniques non spécifiques. Cependant, la question demeure de savoir s'il existe un effet positif sur la santé du dos à la suite d'entraînements spécifiques du tronc chez les athlètes de compétition dans leur sport, et si oui, lequel de ces entraînements est le plus efficace.

Objectifs :


  • Recenser les publications qui traitent des effets des exercices de renforcement du tronc dans l'entraînement des athlètes sur la réduction de l'incidence des lombalgies et/ou leur prévention 
  • Analyser la relation entre le niveau de force musculaire du tronc et les lombalgies chez les athlètes de sports d'équipe et individuels 
  • Identifier les lacunes dans la littérature existante et proposer des recherches futures sur ce sujet 

Matériel et méthodes

  • Scoping review  

  • Principaux critères d'inclusion : 
(i) La population concernée était composée d'athlètes pratiquant des sports individuels et collectifs (compétitions de jeunes, d'adultes, nationales et internationales)
(ii) Conception de cohorte prospective ou transversale
(iii) Taux de prévalence de lombalgie était rapporté
(iv) Programme d'entraînement dans les études d'intervention était décrit ;
(v) Essai contrôlé randomisé (en simple ou double aveugle) était mené
(vi) Méthodes de test valides et fiables

  • Les études qui ne répondaient pas aux critères d'admissibilité de cette revue ont été exclues. 

  • L'évaluation qualitative des études sélectionnées a été menée indépendamment par les deux auteurs de la revue (liste modifiée de Downs et Black, AXIS). Le score des études était de 11 à 15 sur 20. 

Résultats


Aperçu des études éligibles
  • 21 études sélectionnées : 14 études (66,7%) visaient à étudier la relation entre la lombalgie et la morphologie du muscle multifidus lombaire (LMM), la force et l'endurance des muscles du core dans différents sports. Les 7 autres études (33,3 %) ont examiné l'effet de différents programmes d'entraînement des muscles centraux sur la prévention ou la réduction de la lombalgie dans différents sports.
  • Selon le type de sport, 13 études (61,9 %) concernaient des sports collectifs (football, volley-ball, handball, basket-ball, hockey sur glace, hockey et cricket) et 8 études (38,1 %) concernaient des sports individuels (tennis, golf, aviron, lutte, gymnastique et gymnastique d'équipe).
  • Environ la moitié ont été menées auprès de sportifs d'élite (jeunes ou adultes). Les autres ont été menées auprès d'athlètes universitaires ou collégiaux réguliers ou d'athlètes de ligues inférieures 
  • Sexe : 12 études (57,1%) ont été menées sur des athlètes masculins, 6 études (28,6%) sur des athlètes féminines, 3 études (14,3 %) portaient à la fois sur des athlètes masculins et féminins


Relation significative entre les caractéristiques des muscles centraux et la lombalgie
  • Une faible endurance des muscles du core et de la rotation du tronc chez les athlètes est très probablement associée à la lombalgie. Plus précisément, des corrélations négatives ont été signalées entre l'échelle fonctionnelle de Micheli et les tests d'endurance des extenseurs et des fléchisseurs du tronc dans le groupe de joueurs de football, de basket-ball, de handball et de volley-ball présentant une lombalgie non spécifique
  • Une asymétrie dans la force des muscles adducteurs et abducteurs de la hanche a été trouvée entre les joueurs de football d'élite avec et sans lombalgie.
  • Les rameurs dont le score au Functional Movement Screen (FMS) était ≤ 16 avaient un temps de maintien plus court au test de la planche, ce qui indique qu'un manque d'endurance centrale peut contribuer au risque accru de lombalgie.
  • Les golfeurs souffrant de lombalgie n'ont démontré qu'une endurance significativement plus faible dans la direction non-dominante (follow-through du swing) que les groupes sains.
  • La force isométrique maximale des muscles du tronc avait tendance à être plus élevée chez les footballeurs sans lombalgie.
  • Des déficits spécifiques dans la morphologie des muscles du core (épaisseur, CSA) et l’activation pourraient également être associés à la lombalgie. 

Relation non significative entre les caractéristiques des muscles centraux et la lombalgie
  • Aucune différence significative dans l'endurance de rotation du tronc entre les golfeurs d'élite en bonne santé et les témoins non-golfeurs. De plus, aucune différence significative dans le pic de couple n'a été trouvée dans ou entre les groupes de golfeurs.
  • Pas de différences significatives dans la force isométrique ou isocinétique maximale des muscles du tronc entre les athlètes avec et sans lombalgie. 

Entrainement des muscles du core & lombalgie
  • Les exercices d'endurance des extenseurs du tronc, les programmes spécifiques d'entraînement musculaire segmentaires, les techniques de stabilisation musculaire dynamique ainsi que les exercices autogérés par les athlètes sont capables d'améliorer la force ou les caractéristiques morphologiques des muscles du core et de prévenir ou de réduire la lombalgie.
  • Les exercices de stabilité du tronc combinés à la réalité virtuelle ont amélioré les niveaux de dysfonctionnement dans les lombalgies non spécifiques de manière plus efficace que les exercices de stabilité du tronc seuls.
  • Les techniques de stabilisation musculaire se sont avérées plus efficaces dans le traitement de la lombalgie que les ultrasons, la diathermie à ondes courtes et le renforcement lombaire.

Il est particulièrement important d'étudier l'effet des exercices de stabilisation et de renforcement du tronc sur la réduction de la lombalgie chez les jeunes athlètes. Dans certains sports, ils sont exposés à des entraînements qui sollicitent fortement la musculature du core et qui peuvent provoquer des lombalgies. Les enfants et les adolescents souffrant de lombalgies ont un risque plus élevé de souffrir de problèmes de dos à l'âge adulte que leurs camarades sans lombalgie. Outre les facteurs spécifiques au sport, des facteurs anthropométriques, biomécaniques, comportementaux, psychologiques et génétiques ou une exposition commune à des facteurs environnementaux peuvent également jouer un rôle dans les taux de prévalence élevés. Alors que les facteurs génétiques ont peu d'influence sur la lombalgie chez les enfants de 11 ans et les adolescents de 12 à 15 ans, les symptômes semblent être liés à un mélange de facteurs environnementaux partagés (41%) et non partagés (59%). L'environnement partagé comprend l'environnement familial et les influences partagées de l'école, du voisinage, de la classe sociale, etc., tandis que l'environnement non partagé comprend des facteurs qui sont uniques pour chaque membre de la famille. Par conséquent, des études prospectives et d'intervention sont nécessaires pour identifier les facteurs environnementaux et spécifiques au sport potentiels afin de concevoir les entraînements spécifiques au tronc les plus efficaces pour la prévention des problèmes de dos à l'âge adulte.


Lacunes dans les études actuelles sur l'effet des exercices de renforcement du tronc dans l'entraînement des athlètes sur la santé du dos
  • Il n'existe qu'un petit nombre d'études expérimentales.
  • Dans la conception expérimentale ex post facto, les études transversales l'emportent sur les études prospectives (interventions à long terme) dans un rapport de 73,3%:26,7%.
  • Il y a un manque d'études dans les sports individuels, sur les jeunes athlètes, sur les athlètes féminines
  • Pour le diagnostic de la lombalgie, un questionnaire auto-administré a été utilisé dans 33,3% des études, tandis qu'un questionnaire standardisé complété par un questionnaire auto-administré a été utilisé dans 19,1% des études.
  • Les groupes randomisés n'ont été utilisés qu'à 19 %.
  • Il y a un manque d'information quant à savoir si un programme de base spécial dans les études expérimentales était ou non combiné avec une routine d'entraînement régulière, et si oui, sur quoi portait l'entraînement.

Sur la base d'une analyse de la littérature, les implications pour les recherches futures peuvent être formulées comme suit :

1. Mener davantage d'études expérimentales plutôt que d'études d'observation.
2. Les interventions à long terme devraient être préférées aux études transversales.
3. Les sports qui présentent des taux plus élevés de douleurs au dos sont la gymnastique, le plongeon, l'haltérophilie, le golf, le football américain et l'aviron. Il convient donc de mener une plus grande proportion d'études sur les sports individuels qui sollicitent fortement la musculature du core.
4. Davantage de recherches devraient être menées sur les jeunes athlètes afin d'éviter de graves problèmes à un âge plus avancé.
5. Le nombre d'études menées sur les athlètes féminines devrait être augmenté.
6. Le processus de randomisation et les groupes expérimentaux et de contrôle devraient être décrits avec plus de précision.
7. Outre les exercices de renforcement et de stabilisation du tronc, l'entraînement de l'athlète (le type, le volume, la fréquence, etc.) doit également être précisé.
8. Des informations sur d'autres formes d'exercices de force, d'équilibre ou de flexibilité devraient être fournies.

Conclusion

L'analyse de 21 études éligibles a révélé que dans 17 d'entre elles, les exercices de renforcement et les exercices de renforcement et de stabilisation du tronc, seuls ou en combinaison avec l'entraînement des athlètes, étaient efficaces pour améliorer la force de la musculature du core et contribuer ainsi à la réduction des maux de dos chez les athlètes.
Cependant, aucune association significative de la force et/ou de l'endurance des muscles du tronc avec les indicateurs des douleurs au dos n'a été identifiée, sauf dans quatre études. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour élucider les avantages et les inconvénients d'un entraînement purement spécifique au sport, avec des exigences différentes sur la musculature du core, pour réduire ou développer les problèmes de dos chez les athlètes. Cela pourrait nous aider à concevoir des stratégies de prévention spécifiquement adaptées aux athlètes individuels.

L'article

Zemkov, E., & Zapletalov, L. (2021). Back Problems : Pros and Cons of Core Strengthening Exercises as a Part of Athlete Training.