Stratégies de récupération post-compétition chez les footballeurs masculins de niveau « élite ». Effets sur la performance : une revue systématique et méta-analyse

Oct 7 / Victor OSWALD
L’interaction entre la charge d’entraînement, la fatigue, l’adaptation et la récupération est un élément d’une extrême complexité, comportant des facteurs de natures très différentes. Les preuves actuelles soulignent qu’une récupération suffisante et optimale est nécessaire pour prévenir les problèmes de santé et atteindre des performances optimales. Ainsi, le choix des stratégies de récupération par les entraîneurs et les athlètes peut être crucial. Cependant, définir précisément le concept de « récupération post-exercice » est une mission difficile en raison du nombre de variables affectant la récupération optimale. 

Si l’on se concentre sur les joueurs de football de niveau « élite » (professionnels et semi-professionnels), nous observons que le joueur moyen à ce niveau est exposé à un calendrier très chargé avec une moyenne de 60 matchs par saison, soit 5,5 matchs par mois ou un match tous les 4,3 jours. Par conséquent, beaucoup de stress physique et psychologique est imposé aux footballeurs professionnels. On estime que les joueurs qui participent à 2 matchs par semaine et qui ont une récupération de 4 jours ou moins entre les compétitions, ont 6 fois plus de risque de se blesser que ceux qui ne participent qu’à un seul et ont 6 jours ou plus de récupération.