Effet du contrôle lombo-pelvien sur la mécanique de réception et les activités des muscles des membres inférieurs chez les athlètes professionnelles féminines : implications pour la prévention des blessures

Sep 28 / Victor OSWALD
L’identification des facteurs de risque et des mécanismes de blessures est essentiel à la réussite de la prévention de ces blessures. Dans les sports impliquants des réceptions de sauts fréquentes, le membre inférieur est blessé dans environ 60% des cas : 45 à 86% des blessures aigues aux genoux et aux chevilles au basket-ball et au volley-ball et 70% des ruptures du ligament croisé antérieur (LCA) au handball se produisent après une réception. Les facteurs de risque les plus importants de ces blessures comprennent un valgus excessif du genou, des mouvements latéraux du tronc et une mauvaise stabilité pelvienne lors de la réception, qui est un geste sportif courantLe contrôle lombo-pelvien est défini comme la capacité à bouger ou à stabiliser la région lombo-pelvienne en réponse à des perturbations intrinsèques ou extrinsèques, et dépend de l’intégrité des structures passives et d’un contrôle neuromusculaire dynamique approprié. Par conséquent, un mauvais contrôle neuromusculaire du complexe lombo-pelvien/hanche pourrait être considéré comme un facteur de risque important de blessures chez les athlètes, qui serait intensifié lorsqu’il se produit au cours de mouvements à haut risque comme une réception de saut. Un mauvais contrôle lombo-pelvien pourrait également affecter l’activité musculaire du moyen fessier, du droit fémoral et des ischio-jambiers car ils s’insèrent au niveau du bassin, jouant ainsi un rôle dans les blessures du genou et des membres inférieurs.