The posterior fibulotalocalcaneal ligament complex : un ligament oublié

Feb 12 / Grégory VISERY
L’équipe de KINESPORT suite toujours avec attention les travaux de dissection anatomiques du complexe pied cheville de Jordi Vega et Peter A.J. De Leeuw, qui sont toujours riches d’enseignement. En effet une meilleure connaissance anatomique des structures ligamentaires est toujours particulièrement pertinente dans l’analyse des résultats de nos tests cliniques et de la mise en place de notre réhabilitation. En ce sens, ces 2 auteurs publiaient déjà dès 2010 aux côtés de Pau Golano, un essai pictorial qui fournissait une revue complète des structures ligamentaires de la cheville. En 2018, Vega et al. nous renseignaient sur le fait que le fascicule supérieur du ligament Talo Fibulaire Antérieur (ATFL) était une structure anatomique distincte, tandis que le fascicule inférieur de l’ATFL et du ligament Calcanéo Fibulaire (CFL) partageaient une insertion fibulaire commune, relié par des fibres arciformes, et formant une entité fonctionnelle et anatomique, qui a été nommée « Lateral Fibulo Talo Calcaneal Ligament Complex (LFTCL). 
En 2020, les équipes De Leeuw et Vega reviennent pour publier une étude de dissection anatomique dont l’objectif était de déterminer la morphologie exacte du « Posterior FibuloTaloCalcaneal Ligament Complex » (PFTCL) pour une meilleure compréhension de son anatomie, particulièrement durant l’endoscopie. En effet, dès 1932 Rouvière et Canela Lazaro ont décrit le ligament fibulo-talocalcanéen postérieur (PFTCL), comme une partie spécialisée du fascia du compartiment postérieur profond de la jambe. Ils ont décrit cette structure comme un ligament extrinsèque qui occupe le coin postérieur et postéro-latéral de l'articulation de la cheville. 

Méthode : 

  • Pour cela, vingt-trois chevilles cadévériques provenant de spécimens du département d'anatomie de l'Université de Barcelone, Espagne, ont été examinées en détail pour examiner la morphologie et les variations possibles du PFTCLC
  • La technique réalisée était une dissection anatomique plan par plan par un anatomiste expérimenté. La méthodologie utilisée est mise en évidence sur la figure 2. La peau et le tissu adipeux sous-cutané ont été retirés de la face postérieure de la cheville, exposant le tendon d'Achille et, médialement et latéralement, l'aponévrose du compartiment postérieur profond. Les relations du fascia profond et de la cloison latérale du tendon d'Achille ont été notées. Le tendon d’Achille et le coussinet adipeux de Kager ont ensuite été retirés, tandis que la cloison médiale du tendon d’Achille est restée intacte. Par la suite, la gaine des tendons des fibulaires a ét