Déclaration de consensus 2020 de la NBA concernant l'orthobiologie

Jul 12 / Benjamin FRAISSE
Les techniques et les approches visant à améliorer les aspects biologiques de la guérison des tissus sont très prometteuses pour le traitement des blessures des tissus mous et du cartilage articulaire chez les athlètes. Ces agents "orthobiologiques" englobent une variété de substances injectables, y compris des facteurs de croissance isolés, du plasma riche en plaquettes (PRP) et d'autres formulations de sang autologue, ainsi que des approches de thérapie cellulaire utilisant des cellules dérivées de la moelle osseuse, de sources amniotiques correctement préparées et préservées, ou de tissu adipeux. Les études précliniques ont démontré un fort potentiel d'amélioration de la cicatrisation des tissus en présence d'orthobiologiques, suscitant un grand enthousiasme chez les chercheurs, les médecins et les patients du monde entier. Cette déclaration de consensus, proposée en synthèse traduction, fournit un résumé concis des options de traitements orthobiologiques actuellement disponibles et sert de ressource pratique lorsqu'il s'agit d'envisager l'utilisation d'orthobiologiques dans le cas de blessures musculo-squelettiques courantes observées chez les joueurs de la National Basketball Association (NBA).

Plasma Enrichi en Plaquettes (PRP)

Le PRP est la thérapie orthobiotique la plus connue et utilisée, c’est une préparation relativement sûre qui est produite en utilisant un échantillon du sang du patient. L'échantillon subit une centrifugation qui permet de concentrer les plaquettes dans un petit volume de plasma. Le PRP contient également une abondance de protéines qui peuvent potentiellement diminuer l'inflammation, réduire la douleur et accélérer la récupération des blessures des tissus mous. Cependant, les preuves cliniques de haute qualité pour soutenir l'utilisation du PRP dans des blessures musculo-squelettiques spécifiques chez les joueurs de basket-ball professionnels sont limitées. De plus, les études sont hétérogènes en termes d'indications, de protocoles de formulation du PRP, de dosage, de méthode d'administration, etc… L'absence de normalisation entrave la capacité d'agréger les données disponibles et empêche donc l'élaboration d'algorithmes de traitement concrets et fondés sur des preuves pour l'utilisation du PRP dans les cas suivants la plupart des lésions aiguës et chroniques du cartilage ou des tissus mous.

Thérapies Cellulaires (« Cellules souches »)


Le concept d'utilisation des cellules souches pour améliorer la cicatrisation des tissus a suscité beaucoup d'intérêt ces dernières années en raison de leur potentiel de guérison et même de régénération des tissus. Les cellules souches sont définies par leur capacité d'auto-renouvèlement et leur plasticité inhérente, qui leur permet de se différencier en de nombreux types cellulaires différents en fonction de l'environnement biologique auquel elles sont exposées. Alors que les cellules souches embryonnaires sont véritablement pluripotentes et peuvent se différencier dans les trois couches germinales primaires, les cellules souches adultes multipotentes ont le potentiel de se différencier dans une seule couche germinale (par exemple, les cellules stromales mésenchymateuses peuvent se différencier en os, tendon, cartilage ou muscle). Des études précliniques ont suggéré que les cellules souches peuvent potentiellement favoriser l'angiogenèse et la régénération des tissus, en plus d'avoir des effets immunomodulateurs et anti-inflammatoires. Les données actuelles suggèrent que le principal mécanisme des effets positifs des cellules souches est un effet paracrine par lequel les cellules modulent l'environnement local pour favoriser la guérison et la réparation, plutôt qu'une participation directe à la régénération des tissus (endocrine). Bien que la thérapie par cellules souches recèle un énorme potentiel pour améliorer et accélérer la cicatrisation des tissus, on ne dispose pas encore de preuves de haute qualité pour soutenir son utilisation.

Sécurité


Un effet indésirable relativement courant des injections de PRP est une réaction inflammatoire locale, notamment une douleur, un gonflement et une réaction cutanée locale, qui est autolimitée et ne nécessite pas de traitement dans la plupart des cas. Les patients doivent être informés que, bien que rares, des infections ont été signalées lors de l'utilisation d'injections de PRP.

Les thérapies cellulaires peuvent comporter des risques liés au prélèvement, au traitement et à l'administration des tissus. Les risques associés au prélèvement comprennent les complications liées à l'aspiration de la moelle osseuse, telles qu'une infection, une hémorragie grave ou la rupture de l'aiguille. Ces événeme