PREVALENCE DES INCONTINENCES URINAIRES CHEZ LES ATHLETES ADOLESCENTES : UNE REVUE SYSTEMATIQUE

Feb 19 / François DUCOURANT
L'incontinence urinaire (IU) est définie comme toute perte involontaire d'urine. L'incontinence urinaire est principalement répandue chez les femmes, avec un taux de prévalence de 5 à 27 %. Le type d'IU le plus courant est l'incontinence urinaire à l'effort (IUE), qui se définit comme toute perte involontaire d'urine lors d'un effort physique ou d'une activité physique. L'exercice physique intense a été cité comme un facteur de risque pour le développement des symptômes de l'IUE. Il s’agit de l’un des dysfonctionnements du plancher pelvien les plus fréquents chez les athlètes féminines. Par exemple, une méta-analyse portant sur 7507 femmes âgées de 12 à 69 ans a révélé que la prévalence de l'IUE était de 33,69% chez les athlètes féminines, contre 24,40% dans le groupe de contrôle. Par rapport aux femmes sédentaires, les athlètes féminines présenteraient un risque 177% plus élevé de présenter des symptômes d'IU. Cela peut affecter la qualité de vie d'un athlète et avoir un impact sur ses performances, ce qui peut conduire à l'abandon du sport.
À ce jour, on sait peu de choses sur la fonction du plancher pelvien des jeunes athlètes féminines. Bien que des revues systématiques antérieures aient analysé l'incidence de l'IU chez les femmes physiquement actives et athlétiques de tous âges, aucun rapport antérieur n'a porté sur les athlètes féminines adolescentes. Étant donné les caractéristiques uniques du développement qui se produit pendant l'adolescence et l'association entre l'entraînement à fort impact et l'IU, la prévalence de l'IU chez les athlètes adolescentes doit être spécifiquement abordée. Rebullido et al. se sont intéressés à ce sujet dans leur étude intitulée : "Prévalence des incontinences urinaires chez les athlètes adolescentes : une revue systématique". L’objectif principal était d'identifier la prévalence de l'IU chez les athlètes féminines de moins de 19 ans et de fournir une compréhension des types de sports associés aux taux de prévalence les plus élevés. François DUCOURANT vous propose sa synthèse. 

Méthodes

Une recherche systématique dans les bases de données électroniques a été effectuée entre octobre et novembre 2020 de manière indépendante par deux auteurs en aveugle. Les résultats de la recherche ont été limités à l'humain et à l'âge (naissance-18 ans) et au type de source (revues spécialisées). Les titres et les résumés récupérés ont été évalués pour déterminer s'ils pouvaient être inclus, et les entrées en double ont été supprimées. Les deux mêmes auteurs ont examiné indépendamment le texte des études pour en déterminer l'éligibilité. Les articles publiés jusqu'en novembre 2020 étaient éligibles pour l'inclusion.

Les critères d'inclusion étaient les suivants :

(1) les participants à l'étude comprenaient des adolescentes participant à des activités sportives ou athlétiques ;
(2) l'étude fournit une évaluation des symptômes de l'IU ;
(3) l'étude a été publiée dans une revue à comité de lecture dans n'importe quelle langue.

Les essais contrôlés randomisés (ECR) avec deux ou plusieurs groupes parallèles et les essais croisés, les non-ERC étaient éligibles pour l'inclusion s'ils répondaient aux critères mentionnés précédemment.

Les critères d'exclusion des études étaient les suivants :

(1) participants âgés de plus de 19 ans ;
(2) participants ayant subi un type quelconque de chirurgie du plancher pelvien ;
(3) participants pendant leur grossesse et leur période post-partum ; et
(4) revue systématique, méta-analyse ou étude de cas.

Le risque de biais a été évalué indépendamment par deux auteurs à l'aide de la liste de contrôle STROBE (Strengthening the reporting of Observational Studies in Epidemiology). 

Les auteurs ont examiné indépendamment le texte des études pour en déterminer l'éligibilité. Les articles publiés jusqu'en novembre 2020 étaient éligibles pour l'inclusion. Les critères d'inclusion étaient les suivants :

  • Portant sur des adolescentes participant à des activités sportives ou athlétiques
  • Fournit une évaluation des symptômes de l'IU
  • Publiée dans une revue à comité de lecture dans n'importe quelle langue.

Les essais contrôlés randomisés (ECR) avec deux ou plusieurs groupes parallèles et les essais croisés, les non-ERC étaient éligibles pour l'inclusion s'ils répondaient aux critères mentionnés précédemment.
Les critères d'exclusion des études étaient les suivants :

  • Participants âgés de plus de 19 ans
  • Participants ayant subi un type quelconque de chirurgie du plancher pelvien
  • Participants pendant leur grossesse et leur période post-partum
  • Revue systématique, méta-analyse ou étude de cas.

Résultats

  • Neuf études sur 500 répondaient aux critères d'inclusion et ont été sélectionnées pour être analysées dans le cadre de cette revue systématique. 

  • L'échantillon total était composé de 633 athlètes féminines, d'un âge moyen de 16,15 ans, d'un IMC allant de 18,9 à 21,7 kg/m2, et de 6 à 19 heures d'entraînement par semaine. 
  • Les auteurs ont calculé une moyenne de prévalence de 48,58%</