L'hypermobilité articulaire chez les sportifs est associée aux blessures à l'épaule : une revue systématique avec méta-analyse

Jun 10 / Victor Oswald
Les blessures traumatiques de l'épaule liées au sport et les douleurs de l'épaule sont fréquemment signalées chez les sportifs. L'incidence des blessures à l'épaule dans les sports overhead atteint jusqu'à 3,3 pour 1000 heures d'exposition, et l'incidence des luxations de l'épaule se situe entre 0,12 (blessures à l'entraînement) et 0,31 (blessures en match) pour 1000 heures d'exposition, avec un taux d'incidence plus élevé chez les jeunes hommes par rapport aux hommes plus âgés et aux femmes en général. Il existe un risque accru d'instabilité récurrente, puis chronique, après une luxation primaire de l'épaule. Par conséquent, l'identification des facteurs de risque et le développement de stratégies pour prévenir les luxations d'épaule et l'instabilité ultérieure sont des éléments clés de la prévention des blessures de l'épaule.
L'hypermobilité articulaire, caractérisée par une capacité à déplacer les articulations au-delà de l'amplitude physiologique, peut potentiellement être un facteur de risque de blessures à l'épaule. Diverses définitions ont été décrites, notamment l'hypermobilité articulaire congénitale, la laxité acquise à la suite d'une blessure traumatique et l'hypermobilité due à une adaptation à un sport et/ou une activité physique spécifique. Alors que des études antérieures ont trouvé une association entre l'hypermobilité articulaire et un risque accru de blessures du genou, notamment les blessures du ligament croisé antérieur, le rôle de l'hypermobilité articulaire dans les blessures de l'épaule n'a pas été examiné. Par conséquent, l’objectif de cette étude est de synthétiser les preuves de l'association entre l'hypermobilité articulaire et les blessures de l'épaule chez les sportifs.
Avis du pôle scientifique de Kinesport
Pastille verte
Cette revue systématique et critique de la littérature est un article à faible risque de biais, tous les critères méthodologiques majeurs sont respectés permettant de limiter et contrôler au mieux les biais dans leur étude.

Méthode

Cette étude est une revue systématique avec méta-analyse.

 Critères d’éligibilité 

  • Etudes de cohorte, études transversales et études cas-témoins, publiées en texte intégral en anglais, évaluant l'association entre l'hypermobilité articulaire et les blessures à l'épaule 
  •       Exclusion des résumés de conférence
  • Etudes portant sur des sportifs (y compris militaires) d'un âge moyen ≥ 16 ans participant à tout type et niveau de sport ou d'activités militaires.
  •       Exclusion des études si leurs participants souffraient de maladies rhumatismales inflammatoires systémiques, de maladies du tissu conjonctif ou de maladies neurologiques) 
  • Une définition large de l'hypermobilité articulaire a été acceptée (c'est-à-dire l'hypermobilité articulaire généralisée (generalised joint hypermobility - GJH) et l'hypermobilité de l'épaule). En l'absence de consensus sur la définition exacte de l'hypermobilité de l'articulation de l'épaule, l'instabilité et la laxité de l'épaule ont été acceptées comme définitions pertinentes, sans exclure les études sur la base de leur outil de mesure ou de leur seuil, ni faire la distinction entre hypermobilité articulaire innée ou acquise. 
  •       Exclusion des études qui n'utilisaient pas de seuil pour distinguer les participants avec ou sans hypermobilité articulaire.
  • Données sur les blessures à l'épaule d'apparition aigue ou progressive. Les définitions de blessures acceptées étaient la luxation, l'instabilité et la subluxation traumatiques, soit autodéclarées, soit mesurées objectivement (par exemple, dossier médical ou diagnostic vérifié par un professionnel de la santé). Les plaintes concernant l'épaule (par exemple, la douleur) ont été acceptées comme indicateur des blessures de l'épaule.

 Recherche documentaire

Des recherches systématiques de la littérature ont été effectuées dans MEDLINE, CINAHL, EMBASE et SPORTDiscus de leur date de création au 12 mai 2020 et mises à jour le 27 février 2021. Les listes de références des études incluses ont été passées au crible pour identifier des études supplémentaires et un suivi des citations des études incluses a été effectué dans Web of Science.

 Les données extraites

Les données extraites des études sont les suivantes : le premier auteur, l'année de publication, le pays, le design de l'étude, le nombre de participants avec et sans hypermobilité articulaire, le nombre de participants avec et sans blessure ou douleur, la durée du suivi, la mesure et la définition de l'hypermobilité articulaire, la définition de la blessure, l'âge, le sexe, le pourcentage de femmes, l'IMC, le type d'activité, le temps de participation sportive hebdomadaire, le niveau de participation sportive et les résultats de l’évaluation de la blessure. 

 Évaluation du risque de biais des études incluses

Le risque de biais a été évalué à l'aide de l'échelle de Newcastle-Ottawa (NOS) pour les études de cohorte et les études cas-témoins et de l'échelle de Newcastle-Ottawa modifiée pour les études transversales.

Résultats

 Sélection des études 

6207 titres et résumés d’articles ont été examinés et 48 ont été retenus. Après examen des articles complets, 42 études ont été exclues et 6 études ont été incluses dans la méta-analyse.

 Caractéristiques des études

  • Les six études comprenaient au total 2335 (de 118 à 718) participants (34,1% de femmes)
  • L'âge moyen dans quatre des études individuelles variait de 18,8 à 23,9 ans, tandis qu'une étude incluait des athlètes âgés de 17 à 37 ans et qu'une autre incluait des athlètes universitaires sans que l'âge ne soit précisé
  • Parmi les études incluses, deux étaient des études de cohorte prospectives avec des durées de trois mois et quatre ans, une était une étude cas-témoin et trois des études transversales 
  • Une étude portait sur des handballeurs, une sur des gymnastes, deux sur des athlètes pratiquant plusieurs sports et deux sur des militaires
  • Quatre études ont utilisé l’hypermobilité articulaire généralisée (GJH) comme exposition (score de Beighton, critères de l'Hospital Del Mar ou questions propres à l'étude), et deux études ont utilisé l'hypermobilité de l'articulation de l'épaule comme exposition (vérifiée cliniquement ou autodéclarée). 
  • Les blessures de l'épaule ont été définies à l'aide d'une variété de paramètres, notamment la blessure de l'épaule aiguë ou traumatique, l'instabilité aiguë, la luxation et la douleur
Association entre hypermobilité articulaire et blessures à l'épaule
Les athlètes présentant une hypermobilité articulaire étaient plus susceptibles (risque 3x plus élevé) de souffrir de blessures à l'épaule que les athlètes sans hypermobilité articulaire (OR = 3,25, IC 95 % 1,64, 6,43, I2 = 75,3 % ; p = 0,001) (Fig. 1).
Fig. 1 : graphique en forêt montrant l'association (Odds Ratio (OR) et intervalle de confiance (CI) à 95 %) entre l'hypermobilité articulaire et les blessures de l'épaule (c'est-à-dire les blessures aiguës de l'épaule ou les douleurs liées à l'activité) pour les six études incluses.