Cognition et neurosciences : Effets nocebo sur la performance motrice : une revue systématique de la littérature

Jul 12 / Xavier LAURENT
Le terme placebo trouve son origine dans la langue latine ; placere qui signifie « faire plaisir ». Le terme nocebo a la même origine, nocere signifie « nuire » (Kennedy, 1961 ; Kissel & Barrucand, 1964). La réponse placebo peut être définie comme un résultat positif résultant des attentes, des réactions schématiques et des réponses conditionnées des personnes qui peuvent interagir entre elles et agir à la fois sur un niveau conscient et non conscient (Bartels, van Laarhoven, Heijmans et al., 2017 ; Beedie, Benedetti, Barbiani et al., 2018 ; Colloca, Sigaudo & Benedetti, 2008 ; Stewart- Williams & Podd, 2004). Dans le même ordre d'idées, les attentes négatives, les réactions schématiques et les réponses conditionnées peuvent déclencher des effets négatifs (c'est-à-dire non souhaitables et désagréables), c'est-à-dire une réponse nocebo (Colloca & Barsky, 2020 ; Petrie & Rief, 2019). À l'origine, les effets nocebo faisaient référence aux effets secondaires évoqués par les placebos ; par la suite, ils ont été conceptualisés comme des changements négatifs déclenchés par les attentes de changements néfastes et les émotions qui les accompagnent (Hahn, 1985, 1997). Cette dernière approche suppose l'existence d'attentes conscientes et non-conscientes qui se manifestent par des états mentaux et physiques désagréables, voire nuisibles. 
La réponse nocebo est fondamentalement une réaction de type top-down, dans laquelle les connaissances et les croyances ont un impact sur la perception et même sur le fonctionnement physiologique (Cannon, 1957 ; Hahn, 1985, 1997). Comme la performance motrice est aussi partiellement déterminée par les fonctions centrales, elle peut aussi être malléable aux influences nocebo (Carlino, Piedimonte & Frisaldi, 2014).

Dans cette revue, les auteurs définissent la performance motrice comme la capacité d'accomplir une tâche motrice bien définie et observable qui implique l'activité des muscles squelettiques. La performance est définie comme « un comportement orienté vers un objectif, volontaire et observable, d'une durée relativement courte » (Martens, 1971, p. 152).   L'objectif de leur revue est de réaliser une revue systématique pour dévoiler les effets nocebo sur la performance motrice. 

Méthodes

Taille de l'effet  

Pour déterminer l'ampleur de l'effet nocebo, les auteurs ont utilisé le calcul de la taille de l'effet, néanmoins sans comparer la taille d’effet d'études ayant des conceptions très différentes. Recevoir un agent sans information ou ne pas le recevoir du tout peut avoir des conséquences différentes, ce qui peut conduire à des tailles d'effet sensiblement différentes. C'est pourquoi les tailles d'effet ont été calculées uniquement pour les études qui comparaient le nocebo à une condition sans agent, ce qui montre le cours naturel du phénomène étudié. Les tailles d'effet ont été calculées à l'aide de la formule dccp2sensu de Morris (2008), qui prend en compte la différence de prétraitement entre le groupe expérimental et le groupe témoin. Lorsque les moyennes et les écarts types des groupes avant traitement n'étaient pas disponibles, le d de Cohen a été calculé.

Risque de biais

Évaluation du risque de biais (par logiciel des études incluses dans cinq domaines différents :

(1) les insuffisances du processus de randomisation
(2) les écarts par rapport à l'intervention prévue
(3) les données de résultat manquantes
(4) la mesure des données de résultat
(5) la communication sélective des résultats

Méthodes

  • 295 études examinées pour un total de 23 incluses
  • 14 ont rapporté que l'intervention nocebo avait un impact négatif sur la performance motrice

Afin d'explorer davantage les résultats, les études ont été classées en fonction de ce qui suit :

(1) l'agent nocebo utilisé
(2) la variable de résultat et la population évaluée
(3) la condition à laquelle la condition nocebo était comparée
(4) le design d'étude

Risque de biais

Le jugement du risque de biais (via l'outil RoB 2.0), résultant du processus de randomisation, était « Quelques préoccupations » pour toutes les études sauf deux, généralement parce que la séquence d'allocation n'était pas entièrement aléatoire ou qu'elle n'était pas dissimulée. Pour chaque étude, les déviations par rapport à l'intervention prévue, les données manquantes sur les résultats et la mesure des résultats ont suscité une « faible préoccupation ». Le risque de biais résultant de la sélection des résultats rapportés était "quelques inquiétudes" pour chaque étude, principalement parce que la procédure et l'analyse statistique n'était pas pré-enregistrée. Par conséquent, le risque global de biais était « Assez préoccupant » pour toutes les études incluses.

Agent nocebo

  • Les agents nocebo les plus utilisés étaient la stimulation transcutanée fictive non efficace et les substances inertes. Sur les sept études dans lesquelles une stimulation électrique transcutanée non efficace ou fictive a été utilisée, cinq ont rapporté un effet nocebo, tandis que deux ne l'ont pas fait.
  • Sept études ont utilisé des substances inertes pour évoquer une réponse nocebo. Dans l'une d'entre elles, de la caféine réelle a également été utilisée aux côtés de la caféine fictive. Dans cinq études, un effet nocebo significatif a été constaté, aucun effet n'a été constaté dans une étude et les résultats étaient équivoques dans une autre étude.
  • Quatre études ont appliqué une stimulation cérébrale profonde fictive ou une modification fictive de son intensité. Un effet nocebo a été révélé dans deux études, tandis qu'aucun impact n'a été trouvé dans les deux autres.
  • Dans trois études, d'autres stimuli physiques (odeur, tonalité, lumière) ont été utilisés pour susciter un effet nocebo, et une seule y est parvenue ; les deux autres n'y sont pas parvenues. Une seule étude a utilisé uniquement des informations verbales sur la durée de l'exercice et a rapporté des résultats ambigus. Une autre étude a utilisé des informations verbales et visuelles, et un effet nocebo a été trouvé.

Variable de résultat et population étudiée

  • Dans 10 études, la performance psychomotrice d'individus en bonne santé a été étudiée, par exemple, le temps de réaction complexe ou simple. Quatre d'entre elles ont révélé l'efficacité de l'intervention nocebo, quatre ont fait état de résultats nuls et deux ont fait état de résultats ambigus.
  • 10 études ont porté sur les performances sportives d'individus en bonne santé. Neuf d'entre elles ont révélé un effet nocebo, et une n'en a pas révélé.
  • Les trois autres études ont été menées chez des patients atteints de la maladie de Parkinson. Les variables mesuraient le temps de réaction, le tapotement des doigts ou la diachokinésie (c'est-à-dire la modification des mouvements de pronation-supination de la main aussi rapidement, doucement et loin que possible tout en tenant une barre de bois). Une seule étude a fait état d'un effet nocebo ; les deux autres n'en ont pas fait état.

Condition/groupe de contrôle

  • Dans six études, le contrôle était une condition de non-intervention, où aucun agent, information ou conditionnement n'était délivré. Toutes ces études ont rapporté un effet nocebo, avec une taille d'effet moyenne de 0,60.
  • Dans quatre études, le groupe « instruction sans effet » a servi de contrôle, un agent inerte ayant été administré avec l'information qu'il n'affecterait pas la performance des participants. Deux de ces études ont mis en évidence un effet nocebo, les deux autres non.
  • Cinq études ont utilisé un contrôle « sans information », dans lequel un agent était administré sans aucune information sur son effet sur la performance. Parmi celles-ci, deux ont provoqué une réaction nocebo , mais trois ne l'ont pas fait.
  • Sept études ont appliqué la condition placebo comme comparaison, c'est-à-dire que le même agent a été administré au groupe nocebo, mais que des attentes opposées (positives) ont été suscitées. Trois d'entre elles ont trouvé un effet nocebo, deux ont rapporté des résultats ambigus, et deux n'ont pas pu établir l'effet nocebo.
  • Une étude a appliqué une condition neutre (mots, phrases et situations neutres) comme contrôle, et l'effet nocebo a été établi.

Conception

  • Dans 13 études, la conception inter-sujets a été utilisée pour étudier l'effet nocebo sur la performance motrice. Parmi celles-ci, 11 ont rapporté un effet nocebo, et deux ont trouvé des résultats ambigus.
  • Dix études ont appliqué un modèle intra-sujet (croisé), dont trois seulement ont pu mettre en évidence un effet nocebo, et sept n'en ont pas trouvé.

Discussion :

Dans l'ensemble, on peut conclure qu'il est possible de provoquer un effet nocebo dans la performance motrice. Ces attentes sont généralement suscitées par l'administration d'un agent fictif accompagné d'une instruction verbale indiquant qu'il va détériorer la performance. Dans certains cas, une procédure de conditionnement est également utilisée. Corsi et al. (2019) ont constaté que l'information verbale sur la dégradation de la performance peut écraser le conditionnement positif, de sorte que l'instruction verbale a un effet plus fort sur la performance motrice que le conditionnement. Ils ont également conclu que l'effet nocebo est plus robuste que l'effet placebo (Corsi et al., 2019), ce qui est également démontré par Hurst et al. (2017). Les nocebos peuvent agir par le biais de mécanismes neurobiologiques : en inhibant les systèmes neurologiques opioidergiques et dopaminergiques (entraînant respectivement une augmentation du niveau de douleur et une diminution du niveau de motivation), et en activant le système de la cholécystokinine (entraînant une augmentation du niveau d'anxiété), ce qui a un effet négatif évident sur les performances motrices (Beedie et al., 2019). Un autre mécanisme possible est l'augmentation de la fatigue par des mécanismes centraux (Carlino et al., 2014).  

Implication pratique :

La performance motrice joue un rôle inhérent dans de nombreux domaines de la santé et de la performance. Colloca et Barsky (2020) ont proposé que dans la pratique clinique, la réponse nocebo peut être réduite en éduquant les patients sur les mécanismes et l'ensemble du phénomène, en utilisant des stratégies de communication qui minimisent les associations négatives, en facilitant la communication entre les cliniciens et les patients. Les auteurs du présent article pensent que les points susmentionnés s'appliquent également aux performances motrices. Ainsi, les praticiens (par exemple, les soignants, les enseignants, les entraîneurs) devraient suivre ces guidelines pour minimiser les réponses nocebo dans la performance motrice. Cette hypothèse est également soutenue par l'étude empirique de Zech et al. (2020), où il a été démontré que dans les situations cliniques, l'effet nocebo sur la force musculaire pouvait être évité en utilisant des formulations communicatives alternatives au lieu de celles qui évoquent des associations négatives.

Conclusion

Dans cette revue systématique, les auteurs ont constaté que le phénomène nocebo est présent dans la performance motrice. Par conséquent, les praticiens des professions liées à l'amélioration de la performance et à la promotion de la santé devraient être conscients des effets néfastes d'une communication négative ou d'une ou plusieurs interventions perçues par le client/patient comme nuisibles. Il est nécessaire de poursuivre les recherches dans ce domaine en utilisant un plan de recherche inter-sujets et une condition de contrôle sans agent. Le risque de biais pourrait être diminué en améliorant le processus de randomisation et en préenregistrant la conception de l'étude et l'analyse des données.

L'article

Ath, H., Oteles, F. K., & Szabo, A. (2021). Cognition and Neurosciences Nocebo effects on motor performance : A systematic literature review. Scandinavian Journal OfPsychology. https://doi.org/10.1111/sjop.12753