Bénéfices de l’utilisation d’une orthèse dans les mouvements de changement de direction à haute intensité chez les personnes souffrant d'instabilité chronique de cheville.

Apr 13 / François DUCOURANT
L'application d'attelles de cheville est une méthode efficace pour la prévention des entorses récidivantes de cheville. Il a été proposé que la diminution du taux de blessures soit liée à la rigidité mécanique de l'orthèse et aux potentiels effets bénéfiques sur la proprioception et l'activation neuromusculaire. Cependant, la façon dont le système neuromusculaire répond à l'application de différents types d'attelles de cheville lors de mouvements se rapprochant des mécanismes lésionnels à haute intensité n'est pas bien comprise. L'amélioration de la stabilité de l'articulation de la cheville semble particulièrement importante pour les personnes souffrant d'instabilité chronique de la cheville (CAI). Dans cette étude de Fuerst et al. (2021) intitulée : Bénéfices de l’utilisation d’une orthèse dans les mouvements de changement de direction à haute intensité chez les personnes souffrant d'instabilité chronique de cheville, les auteurs ont comparé les effets d'une chevillière souple et d'une chevillière semi-rigide sur l'exécution de mouvements de rotation à 180° à haute intensité chez des participants avec et sans instabilité chronique de la cheville.
Les 45 personnes participantes à l’étude ont été réparties en 3 groupes :

  • Groupe 1 : 15 personnes ayant une instabilité fonctionnelle de la cheville (FI)
  • Groupe 2 : 15 personnes ayant une instabilité fonctionnelle et mécanique de la cheville (FMI)
  • Groupe 3 : 15 personnes sans pathologie ni antécédent (CON)

La stabilité fonctionnelle a été évalué grâce au questionnaire « Cumberland Ankle Instability Tool » (CAIT), et la stabilité mécanique a été déterminé par le chirurgien orthopédique (test du tiroir et talar-tilt test).

Le test se composait d’une phase d’approche à vitesse constante, jusqu’à une plateforme de force. Durant la phase d’approche, un signal lumineux indiquait aux patients s’il devait réaliser un demi-tour complet à 180° (TURN) ou un changement de direction de 25° (XOV).
Le test est illustré dans la figure 1 ci-dessous.

Ce test a été répété dans 3 circonstances différentes :

  • Avec attelle souple
  • Avec attelle semi-rigide
  • Sans stabilisation externe

Seuls les résultats des tests TURN ont été étudié, le test XOV n’a servi qu’à éviter toute anticipation possible des patients. Un système d’analyse de mouvement 3D avec douze caméras, et des capteurs appliqués sur la peau ont été utilisés afin d’étudier la cinématique lors du test. La cinétique a été mesuré à l’aide d’une plateforme de force. Les auteurs ont également analysé l’activation musculaire des muscles périphériques de la cheville via EMG (tibial antérieur, soléaire, gastrocnémiens, long fibulaire).

  • L'application d'attelles a eu un effet significatif sur les angles d'inversion maximum (p < 0,001), les vitesses d'inversion maximum (p = 0,001) et les moments d'inversion maximum (p < 0,001).
  • L'attelle a engendré une diminution significative de l'activation du long fibulaire dans la phase préparatoire (p< 0,001) et dans les 100 premières millisecondes de contact avec le sol (p = 0,002)
  • L'application de l'attelle semi-rigide a entraîné des réductions des angles d'inversion de la cheville et des vitesses maximales pendant les mouvements de rotation, qui sont très difficiles pour la stabilisation dynamique du complexe articulaire de la cheville.


Il est intéressant de noter que les effets de l'attelle semi-rigide étaient visibles non seulement par rapport à la condition « sans attelle », mais aussi par rapport à l’attelle souple. Ainsi, la rigidité mécanique d'une orthèse semble jouer un rôle essentiel dans la limitation des angles et des vitesses de l'articulation de la cheville et, par conséquent, dans la prévention des blessures.