UN TRAITEMENT OPTIMAL DE LA MORPHOLOGIE DE TYPE « CAME » POURRAIT CHANGER L'HISTOIRE NATURELLE DE L'IMPACTION FEMORO-ACETABULAIRE

Sep 27 / KINESPORT
Le conflit fémoro-acétabulaire (FAI) est couramment associé à la douleur de la hanche chez les jeunes adultes actifs. La morphologie de type « came », définie par une diminution du décalage de la tête et du col du fémur, est l'un des principaux sous-types de FAI. Ce conflit est causé par l'impaction de la partie asphérique de la tête fémorale dans la partie antéro-supérieure du cotyle. Le traitement chirurgical, généralement réalisée par fémoroplastie arthroscopique, est considérée comme le pilier du traitement. L'objectif du traitement de la morphologie de la came est d'augmenter le décalage entre la tête et le col du fémur en créant une tête plus sphérique. Cette correction permet au patient d'obtenir une plus grande amplitude de mouvement et donc de limiter l'impaction. 
Bien que des études antérieures aient démontré de bons résultats fonctionnels après la correction, la question est de savoir si elle est associée à un risque accru d'arthrose de hanche. 
Cette étude réalisée par B. G. Domb et al., est intitulée : Un traitement optimal de la morphologie de type « came » pourrait changer l’histoire naturelle de l’impactation fémoro-acétabulaire. 
Les objectifs de cette étude étaient (1) d'étudier la corrélation entre la morphologie de type « came » et l'endommagement du cartilage articulaire et (2) d'évaluer si la correction de la morphologie de type « came » affecte la survie de l'articulation, la progression vers l'arthroplastie et les résultats fonctionnels rapportés par le patient (PRO). Les auteurs de cette étude émettent l'hypothèse que la morphologie de type « came » est associée à des dommages articulaires plus graves et que la correction sera associée à un taux plus élevé de survie de l'articulation de la hanche, à un temps de conversion plus long et à de meilleurs résultats fonctionnels.