Différences entre les sexes en matière de blessures en course à pied : Une étude systématique avec méta-analyse et méta-régression

Feb 2 / Benjamin FRAISSE
La course à pied est un sport très populaire, pratiqué dans le monde entier, mais est souvent associée à des taux élevés de prévalence et d'incidence des blessures.
Pour la prévention des blessures, les facteurs de risque doivent être bien compris : ils sont multiples concernant la course à pied (charge d'entraînement, variables biomécaniques, anatomiques, anthropométriques...). Alors que certaines études précédentes ont porté exclusivement sur les coureurs masculins ou féminins, le genre a été suggéré comme un facteur de risque pour des modèles de blessures spécifiques à la course, ainsi que pour le risque global de blessure.
En effet, en analysant les données recueillies lors de 14 championnats internationaux d'athlétisme, Edouard et coll. ont montré que les athlètes masculins d'élite avaient un taux d'incidence des blessures liées au stress osseux (BSI) plus faible que leurs homologues féminines. Cependant, les risques de blessures différaient entre les sexes en fonction des disciplines de course (à partir des distances moyennes), bien qu'avec un risque relatif faible à négligeable (1,5 pour les distances moyennes, 0,9 pour les longues distances et 1,3 pour la course de marathon). Le fait d'inclure et d'étudier les deux sexes dans la recherche sur les blessures en course à pied est conforme aux preuves des risques différents entre les athlètes féminins et masculins pour des types spécifiques de blessures telles que les ruptures du ligament croisé antérieur ou les commotions cérébrales dans différents sports d'équipe ainsi que les entorses de la cheville dans tous les sports. Toutefois, compte tenu de la littérature actuelle, il est difficile d'établir des résumés concluants sur les différences dans l'épidémiologie globale ou spécifique des blessures pour les deux sexes dans des sports spécifiques.
Pour développer et optimiser les options de prévention et de traitement individualisées des blessures en course à pied, il est essentiel de comprendre si et dans quelle mesure l'épidémiologie des blessures diffère entre les sexes. Par conséquent, l'objectif de cette étude systématique, proposée en synthèse traduction par Benjamin Fraisse, était d'évaluer les différences de taux de blessures et de caractéristiques entre les coureurs masculins et féminins, lors de la course à pied, à l'aide de techniques méta-analytiques.

Méthode

Cette étude a été menée et présentée conformément aux lignes directrices de PRISMA pour la notification des examens systématiques et des méta-analyses.

Avant le début de l'étude, le protocole d'examen a été enregistré dans la base de données PROSPERO.

Stratégie de recherche et critères d’inclusion
  • Deux enquêteurs indépendants (K.H. et C.E.) ont effectué une recherche documentaire systématique comprenant des articles publiés jusqu’à avril 2020. Des études de cohortes prospectives et des essais contrôlés randomisés portant sur des coureurs en bonne santé de différents groupes d'âge ont été inclus. La recherche a été limitée aux articles de revues à comité de lecture publiés en anglais, en allemand ou en espagnol. En outre, les études devaient faire état des taux de blessures liées à la course à pied pour les deux sexes. Les taux globaux de blessures et les taux de blessures pour des localisations, des diagnostics ou des mécanismes de blessures spécifiques ont été pris en compte. Les disciplines de course à pied incluses étaient la moyenne distance et la longue distance comme le cross-country, le trail et la course sur route. Il n'y a pas eu de restriction à une définition spécifique du préjudice.
  • Les examens, les revues systématiques, les commentaires, les études de cas, les séries de cas, les études transversales, les études rétrospectives et les bras interventionnels des essais contrôlés randomisés (ECR) ont été exclus. Pour les ECR, seuls les groupes témoins non traités ont été pris en compte.

Extraction des données

  • Les caractéristiques de l'étude (conception, discipline de course, population, âge et nombre de participants) ainsi que les taux de prévalence et d'incidence pour les deux sexes ont été extraits. Pour les taux de prévalence, le nombre de blessures ou le nombre de coureurs blessés ont été mis en relation avec le nombre de coureurs étudiés. Pour les taux d'incidence, le nombre de blessures et les expositions spécifiques (en heures, kilomètres ou exposition des athlètes) ont été utilisés. Une exposition d'athlète (EA) est définie comme un athlète participant à un entrainement ou à une compétition. Lorsqu'il n'était pas possible d'extraire les données d'un article pour des distances de course spécifiques (par exemple, mise en commun des blessures globales pour les disciplines de piste), les auteurs correspondants ont été contactés par courrier électronique pour obtenir les données. Si des données spécifiques ne pouvaient être obtenues, l'étude correspondante était incluse dans la base de données systématique mais pas dans les analyses ultérieures.

Évaluation de la qualité de l’étude

  • En raison de l'insuffisance des outils d'évaluation de la qualité des études en épidémiologie des blessures sportives, un nouvel outil a été développé par consensus sur la base des outils utilisés précédemment.
  • Cet outil comprenait 15 points concernant le recrutement, la déclaration, la collecte des données sur les blessures et l'exposition, la définition des blessures et l'abandon.
  • Le score de qualité identifié a été utilisé pour déterminer une qualité d'étude élevée (supérieure à la médiane) ou faible (inférieure à la médiane) des études étudiées (le score médian était de 18). Deux évaluateurs indépendants et un troisième évaluateur pour le consensus ont évalué la qualité des études incluses.
  • Le biais de publication a été vérifié par l'inspection visuelle des tracés en entonnoir (rapport logarithmique des risques par rapport aux erreurs standard) et par un test de régression pour l'asymétrie des tracés en entonnoir.

Résultats

La recherche a permis de trouver 15 914 études et 29 autres études ont été identifiées grâce à d'autres sources. Après avoir éliminé 3699 doublons et appliqué les critères d'inclusion, 38 études au total ont été jugées admissibles. 31 d'entre elles ont pu être incluses dans l'analyse quantitative. 7 études ont rendu compte des mêmes ensembles de données que les autres études in