Performances fonctionnelles du membre supérieur et les blessures les plus courantes liées à la boxe chez les boxeurs masculins : une étude rétrospective, observationnelle, étude comparative avec une population de non-boxeurs

Dec 2 / Hicham Messadia
Au fil des années, la boxe est devenue un sujet de controverse, les recherches se concentrant de plus en plus sur les traumatismes crâniens, leurs conséquences aiguës et chroniques et les moyens de les réduire. Cependant, une grande partie des blessures liée à la boxe sont des traumatismes du membre supérieur et des syndromes de surmenage dont l'incidence est estimée entre 25 et 68 %. Loosemore et al. ont exploré prospectivement les blessures de la main et du poignet en Grande-Bretagne (2005-2012) et ont constaté que l'instabilité carpo-métacarpienne et les blessures du "boxer's knuckle" étaient significativement plus fréquentes ; également, le taux de ces blessures était plus élevé en compétition qu'à l'entraînement et l'incidence des blessures du membre supérieur est de 55%. Lemme et al. ont étudié l'épidémiologie des blessures des membres supérieurs liées à la boxe aux États-Unis (2012-2016) et ont constaté une incidence moyenne de 673 blessures pour 100 000 personnes/années, les fractures de la main étant les plus fréquentes (132 pour 100 000 personnes/années). La majorité des boxeurs subissant de telles blessures étaient des hommes (84,4 %) et âgés de 20 à 39 ans (59,9 %), bien qu'une réduction de 33 % des blessures ait été observée à la suite des changements de règles apportés par les organisations de sanctions en 2013. L'objectif de notre étude était d'évaluer le statut fonctionnel ainsi que les blessures les plus courantes du membre supérieur chez les boxeurs grecs et de les comparer aux recrues militaires représentant la population générale. En ce qui concerne le statut fonctionnel, l'objectif était d'évaluer la capacité des participants et les niveaux de douleur pour effectuer des tâches quotidiennes. Les facteurs prédisposant aux blessures pendant l'entraînement ou la compétition ont également été recueillis et associés au quick-DASH et au PRWE. Enfin, nous cherchons à savoir si la taille des gants, la longueur de la bande, le pourcentage d'exercices au sac lourd et le nombre de combat de compétition influencent le statut fonctionnel des membres supérieurs en effectuant des analyses de dépendance entre ces facteurs, le quick-DASH et le PRWE.
Avis du pôle scientifique de Kinesport
Pastille verte
Cette étude transversale est un article à faible risque de biais, tous les critères méthodologiques majeurs sont respectés permettant de limiter et contrôler au mieux les biais dans leur étude.

Matériel et méthodes

L’étude observationnelle a été menée par la clinique orthopédique de l’hôpital universitaire de Patras après une approbation du comité éthique de l’hôpital. Un consentement signé a été obtenu par tous les participants. Un questionnaire électronique a été envoyé à tous les membres masculins de la Fédération hellénique de boxe. Cette équipe était composée de boxeurs amateurs, dont certains étaient des athlètes olympiques. La majorité des athlètes s'entraînaient depuis plus de 5 ans (65,7%) et consacraient plus de 15 heures par mois (79,3%) à l'entraînement, soit plus de trois fois par semaine. De plus, 71,2% des boxeurs avaient participé au moins une fois à un match de boxe officiel, tandis que 7,3% des boxeurs avaient participé à plus de 50 matchs de boxe. Le questionnaire électronique était composé de trois sections. Dans la première section, des données démographiques ont été recueillies ainsi que des paramètres d'entraînement tels que le pourcentage d'exercices au sac lourd, de sparring, le nombre de matchs de boxe, les années d'entraînement, les heures d'entraînement par mois, la longueur des bandages et l'utilisation d'un casque. Dans la deuxième partie du questionnaire, les personnes ont été interrogées sur les blessures les plus fréquentes telles que les fractures ou les luxations de l'épaule, du coude, du poignet et des doigts, les chocs du poignet, les ganglions du poignet, les blessures du pouce, les boxer’s knuckles, les commotions cérébrales, les opérations du membre supérieur, le nombre de visites chez le médecin, les séances de physiothérapie et la plus longue durée d'absence des activités. Les blessures les plus courantes ont été choisies en fonction des résultats d'autres études et des propres estimations des auteurs. Des photographies ont été utilisées à des fins de clarification dans cette section. Enfin, la troisième partie comprenait le score quick-DASH et l'échelle PRWE pour évaluer l'état fonctionnel du membre supérieur. Le score quick-DASH mesurait les niveaux de douleur lors des activités quotidiennes pour l'ensemble du membre supérieur (épaule, bras, coude, avant-bras, poignet, main) tandis que le score PRWE se concentrait sur le poignet et la main. Le même questionnaire a été envoyé à des recrues militaires masculines ; en utilisant les tableaux de classement des militaires grecs (2021), les auteurs ont généré un système informatisé de numérotation aléatoire afin d'extraire 200 jeunes adultes pour servir de groupe de contrôle. La Grèce a un système de service militaire obligatoire pour chaque homme et le questionnaire a été envoyé de manière aléatoire aux nouvelles recrues militaires comme décrit ci-dessus, pendant leur première semaine de recrutement et avant qu'ils ne reçoivent une formation militaire. Par conséquent, les auteurs estiment que le groupe témoin ci-dessus reflète la population générale et que toutes les conclusions peuvent être généralisées. Le questionnaire comportait les mêmes sections, sauf celles concernant les circonstances de l'entraînement. Pour les deux groupes, le principal critère d'exclusion était l'âge > 35 ans et, pour le groupe non boxeur, la participation aux arts martiaux à un moment quelconque dans le passé. 

Synthèse des résultats et discussions

Un total de 113 boxeurs et 147 non-boxeurs ont répondu au questionnaire. Après avoir satisfait aux critères d'inclusion et d'exclusion, 62 boxeurs et 75 non-boxeurs ont finalement été comparés. Le grand nombre de participants exclus est dû à la participation de femmes et d'hommes âgés de plus de 35 ans, tandis que pour le groupe des non-boxeurs, un engagement antérieur dans les arts martiaux a également conduit à l'exclusion. Les auteurs n’avaient pas un nombre suffisant de participants dans les groupes des plus de 35 ans et de participantes, ils ont donc décidé, après avoir effectué une analyse de puissance, d'exclure ces groupes.

La conclusion la plus importante de cette étude est sans doute l'absence de différence sur le score PRWE entre les boxeurs et la population générale, le score DASH plus faible (meilleur) pour le groupe des boxeurs. Cela montre que la boxe ne réserve aucune conséquence sérieuse à long terme sur l'état fonctionnel des mains et des bras de l'athlète moyen, du moins pour les groupes d'âge comparés.

En dehors de cela, aucune différence n'a été constatée dans la prévalence des commotions cérébrales, des fractures de l'épaule, des luxations de l'épaule, des lésions du biceps brachial, des fractures de l'avant-bras, des fractures du poignet, des entorses du poignet, des fractures des métacarpiens, du ganglion du poignet, du syndrome du canal carpien, de l'instabilité du poignet et des douleurs du poignet du côté ulnaire.

Cependant, les séances de physiothérapie (p=0,012), les blessures au pouce (p < 0,001) et boxer’s knuckles (p = 0,036) sont survenues significativement plus souvent chez les boxeurs, alors que ces derniers ont subi moins d'interventions chirurgicales au niveau des membres supérieurs (p=0,005) . Ces résultats concordent en partie avec l'une des plus grandes études menées sur les blessures de la main et du poignet en boxe, puisque Loosemore et al. ont constaté en 2016 que les trois blessures les plus fréquentes étaient l'instabilité carpo-métacarpienne (21,6 %), le boxer’s knucles (15,8 %) et le pouce du skieur (14,6 %). Il est intéressant de noter que le claquement du poignet (peut-être corrélé à une instabilité carpo-métacarpienne) était également corrélé à un score DASH plus élevé dans cette étude (p=0,015). D'autre part, les auteurs ont rencontré dans leur étude une prévalence plus faible de chirurgies des membres supérieurs. Enfin, la forte incidence des séances de kinésithérapie uniquement chez les boxeurs, mise en évidence ici, pourrait être un indicateur de blessures sous-déclarées dans cette population.

Le boxer’s knucles est plus fréquent chez les boxeurs selon cette étude et de nombreuses autres études. La gravité de la blessure peut aller d'une légère lésion de la capsule à une dislocation franche du tendon extenseur. Le diagnostic est généralement clinique, mais l'imagerie dynamique est d'une grande valeur, comme l'échographie. Les traitements conservateurs tels que l'attelle en extension, le repos et les médicaments peuvent être appliqués avec succès pour les blessures légères, mais le traitement chirurgical, avec d'excellents taux de retour au jeu, doit être préféré lorsqu'il y a une dislocation du tendon, car celle-ci ne répond pas bien au traitement conservateur.
L'étude actuelle a trouvé une forte association entre la taille des gants et les fractures des doigts (p=0,005) ou les douleurs du poignet du côté ulnaire (p = 0,041), car plus la taille des gants est élevée, plus l'incidence de ces blessures est élevée. 

 Autres blessures courantes

Une autre blessure bien documentée, la fracture du boxeur, est une fracture du 4ème ou du 5ème métacarpien. Cependant, la littérature suggère que cette blessure n'est pas rencontrée pendant la boxe mais plutôt pendant les combats à mains nues, une conclusion confirmée par cette étude puisque nous n'avons pas enregistré une incidence statistiquement significative plus élevée de cette blessure chez les boxeurs. Enfin, le bosselage carpo-métacarpien (CMC) est une autre blessure fréquente chez les boxeurs. Il est bien documenté que le degré de mouvement des 2e et 3e carpo-métacarpiens est faible (1° et 3° respectivement) et plus important pour les 4e et 5e carpo-métacarpiens (8°-15° et 15°-40° respectivement). C'est une des raisons pour lesquelles les boxeurs frappent le sac avec l'index et le majeur, lorsqu'ils pratiquent une technique de frappe correcte. Malgré le faible degré de mobilité des 2ème et 3ème carpo-métacarpiens, un impact répétitif peut provoquer une force de flexion vers le bas, avec une flexion dorsale secondaire au niveau de l'articulation carpo-métacarpienne.

Le premier choix de traitement comprend un traitement conservateur avec immobilisation, mais des blessures récurrentes peuvent entraîner une hypertrophie osseuse, des changements dégénératifs et une subluxation articulaire, nécessitant une arthrodèse du CMC. D'autres lésions de boxe du membre supérieur sont signalées dans la littérature, notamment la fracture par avulsion de l'insertion du court extenseur radial du carpe, les fractures de l'omoplate, le conflit interne des apophyses coronoïde et olécranienne, les déchirures du tendon du grand dorsal et l'avulsion du fléchisseur radial du carpe.

Limites

Malheureusement, cette étude présente de multiples limites. Tout d'abord, il s'agit d'une étude rétrospective et les données recueillies ont été déclarées par les participants. Aucun diagnostic médical n'a été effectué pour les conditions étudiées. Les groupes n'ont été aidés que par des photos et des descriptions. En outre, aucune différence entre les blessures subies pendant la compétition ou l'entraînement n'a pu être étudiée. Enfin, la taille de l'échantillon n'était pas suffisante pour étudier le statut fonctionnel des boxeurs vétérans (>35 ans) ou des boxeuses, ce qui serait vraiment intéressant.

Conclusion

Dans l'ensemble, de nombreuses études s'accordent à dire que les blessures du membre supérieur constituent une part importante des traumatismes de la boxe, le danger étant beaucoup plus grand pendant la compétition, mais sans conséquences graves à long terme pour les boxeurs amateurs comme les auteurs l’ont souligné ici. Dans cette étude, les fractures des doigts et le claquement du poignet, qui pourraient indiquer une instabilité carpométacarpienne, étaient liés à un état fonctionnel moins bon. C'est pourquoi des recherches supplémentaires doivent être menées afin d'identifier les facteurs de prévention des blessures telles que l'instabilité carpométacarpienne, boxer’s knuckles, les fractures des doigts et le pouce du skieur, car elles ont une incidence élevée ou un mauvais pronostic. Pour l'instant, il convient d'utiliser les méthodes de protection traditionnelles décrites par les entraîneurs, telles que les bandages longs, même couplés à de la mousse, le bandage autour du poignet, une absence d'au moins deux semaines après une entorse grave du poignet et une technique de frappe optimale. L'effet de l'entraînement de force et de conditionnement sur la prévention des blessures au poignet devrait également être étudié, étant donné que des bénéfices sur la réduction des blessures ont été observés dans divers sports et que la mise en œuvre sur les populations de boxe est faible, en particulier chez les boxeurs seniors. D'autres études devraient être menées sur le statut fonctionnel des boxeurs vétérans, des boxeuses, ainsi que sur l'association entre la taille des gants et les blessures. Enfin, l'utilisation du dynamomètre à main s'est avérée fiable et valide pour les blessures à la main des boxeurs et pourrait aider à orienter les blessures sous-déclarées dans cette population.

Référence article

Giannatos V, Panagopoulos A, Antzoulas P, I Giakoumakis S, Lakoumentas J, Kouzelis A. Functional performance of the upper limb and the most common boxing-related injuries in male boxers: a retrospective, observational, comparative study with non-boxing population. BMC Sports Sci Med Rehabil. 2022 Sep 1;14(1):162. doi: 10.1186/s13102-022-00558-3. PMID: 36050792; PMCID: PMC9434859.