Immobilisation en Rotation Externe et Abduction Versus Stabilisation arthroscopique après une première luxation antérieure d’épaule

Apr 9 / François DUCOURANT


Le traitement d’une luxation antérieure d’épaule sans antécédent (FSD) est un sujet provoquant de nombreux débats. Le nombre d’interventions chirurgicales pour ce type de pathologie a drastiquement augmenté ces dernières années, à cause d’instabilités récidivantes d’épaule fréquentes après un traitement conservateur.

Alors, chirurgie ou Immobilisation en rotation externe et abduction ? 

On vous synthétise la dernière publication sur le sujet.

Dans leur étude parue en 2021, Minkus et al. comparent deux protocoles de traitements :
  • Groupe 1 (n=60) : Immobilisation à 60° de rotation externe et 30° d’abduction à l’aide d’une attelle Bledsoe ARC XR 
  • Groupe 2 (n=52) : Stabilisation arthroscopique de l’épaule (intervention de Bankart) 

L’évaluation clinique a été réalisée à 1, 3 et 6 semaines, puis 6, 12 et 24 mois, ils ont étudié :
  • Le taux de récidives
  • L’amplitude de mouvement (mesuré avec goniomètre)
  • L’instabilité (test d’appréhension + test de recentrage de Jobe)
  • L’hyperlaxité (signe Sulcus + test d’hyperabduction + Coudane-Walch Test) 
  • La dyskinésie scapulaire

  • Les scores cliniques objectifs et subjectifs normalisés :

          - Subjective Shoulder Value (SSV)
          - Le score de Constant-Murley (CS)
          - Le score de Rowe (RS)
          - Le Western Ontario Shoulder Instability Index (IOSO)

Figure 1 : Immobilisation à 60° de rotation externe et 30° d'abduction à l'aide d'une attelle Bledsoe ARC XR

* Le taux de récidive global était de 11 % (n = 10) :
  • 9,1 % (N=9) après un traitement non opératoire avec immobilisation (Groupe 1)
  • 2,3% (N=1) après chirurgie (subluxation traumatique après une chute en vélo) ; (Groupe 2)


Une différence significative (p=0,016) a été trouvé entre les deux groupes par rapport au taux de récidive de sub-luxation/luxation.

* Sur la mobilité :

  • Aucune différence significative entre les deux groupes sur l’antéversion, la rotation interne, ni la rotation interne à 90° d’abduction (ABD).
  • A 6 semaines, les patients traités de manière non chirurgicale avaient une rotation externe et une ABD significativement meilleures que les patients traités chirurgicalement.
  • A 24 mois, cette différence s’est réduite mais est restée significative, et une nouvelle différence significative est apparue en ce qui concerne la capacité de rotation externe à 90° d'ABD.



* À aucun moment du suivi, les scores cliniques n'ont montré une différence statistiquement significative entre les deux groupes. Globalement, les scores cliniques étaient satisfaisants dans les deux groupes. Aucune différence significative de la force en ABD n'a été notée entre les 2 groupes.

Conclusion :

  • L'immobilisation en rotation externe et abduction par rapport à la stabilisation arthroscopique de l'épaule pour le traitement de la FSD n'a montré aucune différence dans les scores cliniques de l'épaule. 
  • Cependant, l'instabilité récidivante était significativement plus élevée après le traitement non opératoire. On peut observer des instabilités récidivantes traumatiques et atraumatiques, qui touchent principalement les patients de moins de 30 ans sportifs. La chirurgie pourrait être préférée pour ce groupe si le patient désire le plus faible risque de luxation récidivante. 

L'article

Minkus, M., Königshausen, M., Maier, D., Mauch, F., Stein, T., Greiner, S., Moursy, M. and Scheibel, M., 2021. Immobilization in External Rotation and Abduction Versus Arthroscopic Stabilization After First-Time Anterior Shoulder Dislocation: A Multicent