Les effets de la phase du cycle menstruel sur la performance des sportives de haut niveau : une revue systématique et critique

Aug 2 / Victor Oswald
Les études sur les déterminants de la performance sportive ont beaucoup augmenté, mais elles portent encore principalement sur des participants masculins ; les femmes ne représentent que 35 % des athlètes étudiés. En tant que tel, le corpus de recherche actuel a généré de plus grandes connaissances sur les stratégies d'entraînement qui visaient principalement à améliorer les performances des populations sportives masculines, notamment l'individualisation de l'entraînement au haut niveau, conduisant à des stratégies d'entraînement plus ciblées et à des performances optimisées. Une approche unique est impossible, car les athlètes réagissent souvent différemment à un stimulus d'entraînement donné, et la charge d'entraînement nécessaire à l'adaptation peut différer considérablement entre les sexes

La non-inclusion fréquente des athlètes féminines dans les études de recherche a été justifiée par plusieurs facteurs de confusion potentiels, notamment les variations hormonales du cycle menstruel (CM). Les fluctuations hormonales au cours du cycle génèrent un certain nombre de variables confusionnelles ayant un impact sur les performances, ce qui rend difficile la conception des études et l'interprétation de leurs résultats
Avis du pôle scientifique de Kinesport
Pastille verte
Cette revue systématique et critique de la littérature est un article à faible risque de biais, tous les critères méthodologiques majeurs sont respectés permettant de limiter et contrôler au mieux les biais dans leur étude.
Il existe une importante variabilité interindividuelle conduisant à des perturbations menstruelles (aménorrhée, oligoménorrhée, menstruations irrégulières, anovulation...), et il semble qu'elles soient plus fréquentes chez les athlètes de haut niveau. La durée classique du cycle menstruel est de 28 ± 2,4 jours et peut être divisée en quatre phases régulées par des changements hormonaux (Figure 1). 
Figure 1 : Concentrations hormonales en fonction de la phase du cycle menstruel (CM). Modification des concentrations d'hormones sexuelles féminines (progestérone, hormone lutéinisante, hormone folliculo-stimulante et œstradiol) qui caractérisent les quatre phases (menstruation, folliculaire, ovulation et lutéale) du CM.
Les effets du CM dépendent fortement de la physiologie des athlètes, de leur niveau d'entraînement et du type de contraception hormonale utilisée. Cependant, les effets des pilules contraceptives orales ont tendance à varier d'une étude à l'autre et aucune conclusion générale ne peut être tirée. Par conséquent, les études sur la contraception ne sont pas prises en compte dans cette revue.

Si certaines athlètes féminines ressentent une diminution de leurs capacités physiques au cours de leur cycle menstruel, des performances médaillées olympiques ont néanmoins eu lieu durant toutes les phases du cycle menstruel. Des travaux menés sur des skieuses de fond ont montré que leurs meilleurs temps étaient enregistrés dans les phases postovulatoire et postmenstruelle, ce qui suggère que les charges d'entraînement devraient être sélectionnées en fonction de la phase du cycle pour optimiser les performances. Diverses études ont montré l'influence du CM sur la performance chez des athlètes entraînés ou non, mais pas chez des sportives de haut niveau. Les sportifs de haut niveau concourent à des niveaux internationaux ou dans des ligues professionnelles ; par conséquent, ils sont probablement plus sensibles à l'individualisation de l'entraînement.

Le CM peut être considérée comme un déterminant potentiel de la performance, mais il reste négligé car les fluctuations hormonales ne sont pas prises en compte de manière appropriée dans l'individualisation de l'entraînement des femmes. Néanmoins, de nouvelles études ont récemment vu le jour, incluant des athlètes féminines et étudiant les adaptations de l'entraînement en fonction de leur CM. Des recommandations de planification ont été émises et l'attention des médias s'est accrue autour de ce sujet.

Par conséquent, cette étude visait à examiner systématiquement les protocoles de recherche qui ont étudié le lien entre les phases du cycle menstruel (CM) et la performance chez les sportives de haut niveau, dans le but de fournir des recommandations fondées sur des preuves pour l'individualisation de l'entraînement.

Méthode

 Stratégie de recherche

Cette revue se concentre sur les études de recherche chez les sportifs de haut niveau étudiant directement les effets des phases du cycle menstruel (CM) sur les paramètres de performance tels que l'endurance ou la résistance à l’effort, les symptômes liés au CM, la raideur ligamentaire, les capacités de prise de décision et/ou la motivation (désir de compétition et motivation à l'entraînement). Pour identifier les articles admissibles, une recherche primaire a été effectuée dans les bases de données PubMed, Sportdiscus et Researchgate.

 Sélection des études

Les études qui rapportaient au moins un paramètre de performance (athlétique ou mentale) lié au cycle menstruel ou à au moins une phase du CM (par exemple, phase lutéale, folliculaire ou menstruelle) et aux sportives de haut niveau ont été incluses : 
  • La sportive de haut niveau a été définie comme une athlète qui a concouru au niveau national ou international et les études qualifiant les femmes comme étant seulement « entraînées », « non entraînées » ou « récréatives » ont été exclues. 
  • Aucune restriction d'âge n'a été utilisée pour cette revue. 
  • Les études exclues concernaient également celles ne faisant pas de distinction entre les différentes phases du CM et celles n'évaluant pas de paramètre physiologique. 
  • Les études non publiées, les publications non évaluées par des pairs, les articles de synthèse, les résumés et les publications non disponibles en anglais ont été exclus.