Association entre les pics de charge externe d’entrainement et les blessures à l’épaule chez des jeunes joueurs de tennis de compétition : l’étude de cohorte SMASH

May 31 / Nicolas Campet
L’un des plus gros challenges pour un athlète de haut niveau, quel que soit son sport, est d’optimiser sa charge de travail, minimiser le risque de blessure afin de développer la performance. Les athlètes adolescents passent plus d’heures par semaine au sport que les athlètes plus âgés et peuvent donc être une population à risque de blessure. C’est pourquoi la spécialisation du sport et l’entrainement intensif pendant les étapes de croissance représentent des facteurs de risque potentiels pour les pathologies d’overuse, compromettant le passage vers une carrière professionnelle.
Chez les jeunes joueurs de tennis, l’incidence des pathologies d’épaule est conséquente avec des taux entre 2,6 et 3,6 blessures/1000h de jeu.
Ces dernières années, le ratio de charge de travail aigu/chronique (ACWR) et son association avec les blessures contact et non-contact ont été investigués de façon croissante.
En plus des heures passées sur le court, les jeunes tennismen doivent composer avec les entrainements en salle de sport et les calendriers de compétition, ce qui amène parfois à des sessions d’entrainement/match quotidiennes voire biquotidiennes. C’est pourquoi le monitoring d’entrainement/compétition ainsi que la gestion de la récupération et du repos sont primordiaux pour ces jeunes athlètes.
Avis du pôle scientifique de Kinesport
Pastille verte
Cette étude de cohorte est un article à faible risque de biais, tous les critères méthodologiques majeurs sont respectés permettant de limiter et contrôler au mieux les biais dans leur étude.
La charge externe d’entrainement désigne tout stimulus externe qui s’applique à un athlète (par exemple une distance parcourue, la durée/fréquence de l’entrainement ou de la compétition) alors que la charge interne d’entrainement désigne la réponse psychophysiologique à la charge externe (par exemple la fréquence cardiaque, le RPE ou encore les lactates sanguins).
L’ACWR utilisant à la fois la charge externe et interne d’entrainement a montré une bonne association avec le risque de blessure, et peut donc indiquer si l’athlète est suffisamment préparé à la charge d’entrainement qui va lui être imposé.
L’objectif de l’étude est d’investiguer si les pics de charge externe d’entrainement et les ratios Charge d’entrainement/Age, élevés ou faibles, sont associés avec les taux de blessures et de plaintes à l’épaule chez des joueurs de tennis adolescents. Également, il sera examiné l’incidence des blessures, en fonction du sexe et du niveau de jeu.

Méthodes

 L’étude de cohorte SMASH

Cette étude est basée sur les données venant de l’étude de cohorte longitudinale appelée SMASH (Shoulder Management and Assessment Serving High Performance) réalisée en 2018 en Suède.
301 participants, âgés de 13 à 19 ans, recrutés dans un programme de haute performance avaient été inclus.
Ces joueurs avaient été suivis via des questionnaires à remplir chaque semaine pendant 52 semaines consécutives.

 Mesures de base

Le questionnaire de référence incluait des questions sur le sexe, l’âge, certains facteurs tennistiques, les antécédents de problèmes à l’épaule (via le questionnaire OSTRC-O), l’identité athlétique, la santé générale au sens large, le sommeil et les douleurs de dos/cou. Le niveau de jeu était noté comme régional et/ou national. 

 Population étudiée dans cette étude

Seuls les joueurs sans blessure à l’épaule (score cut-off de 40/100 à l’OSTRC-O) dans les 3 mois précédent l’évaluation de base, et qui avaient répondu à tous les questionnaires de follow-up ont été inclus, soit un total de 252 joueurs

 Mesures de follow-up

Les joueurs ont été suivi de façon hebdomadaire en ce qui concerne la charge externe (Combien d’heures et de minutes en match avez-vous passé sur le court la semaine précédente ? Combien d’heures et de minutes avez-vous passé à vous entrainer sur le court la semaine précédente ? Combien d’heures avez-vous passé sur les activités sans tennis la semaine précédente ?), les plaintes/blessures à l’épaule (OSTRC-O), toute blessure aigue ainsi que le nombre de jours d’entrainements par semaine. Les informations sur les expositions variables dans le temps ainsi que sur les résultats variables dans le temps ont été recueillies à partir de ces questionnaires de suivi hebdomadaires.
1

Exposition

Pics de charge externe accumulée : Le calcul du ACWR s’est fait en divisant la somme des heures d’entrainement/match sur la semaine spécifique par la moyenne du nombre d’heures d’entrainements/match des 4 dernières semaines. Les joueurs avec un ACWR > 1,3 était classés comme ayant un pic de charge externe de travail. 
2

Exposition

Ratio Charge de travail/Age : 3 catégories ont été créées : le ratio de « référence » : entre 0,90-1,10, le ratio « haut » > 1,10 (charge de travail plus grande que l’âge en années) et le ratio « bas » < 0,90. La charge de travail était la moyenne totale des heures de tennis à l’entrainement/match et des heures en salle de sport lors des 4 semaines précédentes. 

Résultat

Les résultats étaient une plainte ou une blessure à l’épaule en lien avec le tennis, mesurées par l’OSTRC-O. Une plainte était définie par un score total minimal de 20/100 et une blessure par un score d’au moins 40/100. Pour l'estimation de l'incidence des plaintes/blessures de l'épaule sur 52 semaines, les événements récurrents ont été pris en compte. Un joueur a été classé comme ayant une plainte/blessure récurrente s'il a passé au moins une semaine sans rapporter d'événement, après avoir été classé comme ayant une plainte ou ayant été blessé

 Analyse statistique

Pour les analyses de risque, la fréquence des pics de charge de travail externe (ACWR >1,3) a été calculée, séparément pour le tennis à l’entrainement/match, l'entraînement physique en salle, et comme variable combinée. Par la suite, les pics ont été cumulés dans le temps (à partir de la semaine de suivi 5)

Résultats

 Analyses descriptives

La moyenne d’âge était de 14,4 ans chez des joueurs sans blessure à l’épaule les 3 mois précédents l’évaluation de base. 57% de ces joueurs étaient des garçons.

En ce qui concerne le niveau de compétition, l’incidence de la plainte à l’épaule/semaine était de 0,85 chez les joueurs de niveau national et 3,17 chez les joueurs de niveau régional.
Les incidences correspondantes pour la blessure à l’épaule étaient de 0,32 et 1,33 respectivement.
Concernant le sexe, l’incidence d’une plainte à l’épaule était de 3,06 chez les garçons et 2,10 chez les filles. Les incidences correspondantes pour la blessure à l’épaule étaient de 1,20 et 0,99 respectivement.

 Analyse de risque

Un pic de charge de travail externe additionnel était associé à une augmentation du taux de plaintes et de blessures à l'épaule dans tous les modèles. Pour chaque pic de charge de travail supplémentaire à l'entraînement/match de tennis, le HRR (le risque relatif, calculé par comparaison entre les joueurs exposés et non exposés au facteur de risque) était de 1,26 pour une plainte de l'épaule et de 1,26 pour une blessure de l'épaule. Pour chaque pic de charge de travail supplémentaire dans le travail physique en salle, le HRR était de 1,11 pour une plainte à l'épaule et de 1,18 pour une blessure à l'épaule. Le ratio Charge de travail/Age à l'entraînement n'était pas corrélé aux plaintes ou aux blessures à l'épaule.

 Incidence des plaintes/blessures d’épaule à l’entrainement/match de tennis

L’incidence des plaintes/blessures d’épaule pour 1000h de tennis dans la cohorte des 252 joueurs, classée par sexe et niveau de jeu a été recherchée. Au total, 90 joueurs avaient une plainte à l’épaule et 44 joueurs avaient une blessure à l’épaule pendant la période de follow up entre les semaines 5 et 52. Cela correspond à une incidence pour une première plainte à l’épaule de 0,77 et pour une première blessure à l’épaule de 0,38, pour tous les joueurs.
De plus, au total, 312 plaintes d’épaule et 130 blessures à l’épaule, incluant les blessures récurrentes étaient rapportées pendant la période de follow up (semaine 5 à 52). Cela correspond à une incidence de 2,68/1000h de tennis (entrainement/compétition) pour la plainte d’épaule et de 1,12/1000h de tennis pour la blessure à l’épaule, pour tous les joueurs.

Discussion

Les principaux résultats indiquent que les pics de charge externe à l’entrainement au tennis, lors d’un match ou lors de l’entrainement physique en salle sont associés avec une incidence plus haute des plaintes/blessures d’épaule chez les jeunes joueurs de tennis de compétition.
Il n’a pas été trouvé d’association entre le ratio Charge de travail/Age et l’incidence d’une plainte/blessure d’épaule, ce qui indique qu’en termes de risque de blessure, l'adaptation de la charge de travail à l'âge ne doit pas être primordiale dans cette tranche d'âge.
De plus, les résultats ont révélé une incidence plus élevée de plaintes/blessures de l'épaule chez les garçons que chez les filles et plus élevée chez les joueurs de niveau régional que national.
Il existe certaines différences dans les caractéristiques de base entre les joueurs blessés et non blessés, comme la taille, le poids, les habitudes de sommeil et l'entraînement, qui peuvent constituer des facteurs de risque potentiels et qui doivent être investigués dans de futures études.
Des études antérieures, effectuées dans des sports collectifs, ont montré que l'ACWR était associé au risque de blessure, ce qui semble être retrouvé ici, bien que la charge de travail, la taille de l’échantillon, le temps de follow-up et la méthode de classification des blessures diffère complètement.
Dans cette étude, les garçons ont montré une incidence générale supérieure par rapport aux filles en ce qui concerne les plaintes//blessures à l’épaule. Également ils ont montré une charge d’entrainement supérieure avec 13,1h/semaine contre 11,5h/semaine pour les filles, ce qui peut contribuer à cette incidence supérieure.
Les joueurs de niveau national ont montré une incidence plus faible des plaintes générales et de la blessure à l’épaule, tout comme une incidence plus faible concernant une première blessure. En comparaison, les joueurs de niveau régional ont montré une incidence 4 fois plus élevée que les joueurs de niveau national.
Lorsque l’on s’intéresse aux pics de charge d’entrainement, un plus petit nombre de joueurs de niveau national (12%) que de joueurs de niveau régional (28%) ont rapportés des pics cumulés > 10, ce qui signifie que lorsqu’on établit la charge chronique, les joueurs de niveau national ont une charge d’entrainement plus cohérente d’une semaine sur l’autre.
D’un point de vue clinique, les joueurs de niveau national ont plus souvent accès à un coaching individuel de tennis, à des coachs de Strength and Conditionning spécialisés, à un staff médical, et généralement à un environnement plus professionnel, ce qui peut expliquer l’incidence plus faible pour ces joueurs-là malgré un volume d’entrainement supérieur (+3,3h/semaine et +4,3h/semaine pour les garçons et les filles respectivement).

Conclusion

Les pics de charge externe accumulés au tennis, à l’entrainement ou en match, et/ou lors de l’entrainement physique en salle, sont associés avec un taux supérieur de plaintes à l’épaule et de blessures à l’épaule chez des tennismen adolescents de compétition. Le ratio Charge de travail/Age n’était pas associé avec l’incidence des plaintes ou blessures à l’épaule dans cette étude.