Un système d’évaluation par analyse vidéo 2D de la technique de changement de direction (COD) à 90° permet d'identifier les joueurs de football présentant un moment élevé d'abduction du genou.

Jun 17 / Benjamin FRAISSE
Une biomécanique articulaire anormale et un mauvais contrôle neuromusculaire sont des facteurs de risque modifiables de blessure du ligament croisé antérieur (LCA)La mesure en 3D est le gold-standard pour l'évaluation biomécanique des mouvements multidirectionnels à grande vitesse, mais elle présente un coût élevé et n’est pas toujours accessible pour les praticiens de terrain. L'analyse vidéo en 2D est une alternative d'intérêt croissant en raison de son meilleur rapport coût-efficacité et de sa facilité d'interprétation. L'objectif de cette étude a été d'explorer l'association possible entre l'évaluation 2D et 3D pour le KAM (moment d’abduction du genou) lors d’un COD à 90 degrés chez le joueur de football.

Méthode

34 joueurs de football (18 hommes, 16 femmes)
Chaque athlète a effectué une série de COD anticipés à 90 degrés, sur gazon synthétique, en laboratoire, et ce, à vitesse maximum.

  • Évaluation 2D

Analyse vidéo dans le plan frontal + sagittal de la cinématique des articulations : 5 critères de notation ont été adoptés et notés sur 2 points: stabilité des membres, stabilité du bassin, stabilité du tronc, absorption des chocs, et stratégie de mouvement. Pour chaque critère, un score de 0/2 (non adéquat), 1/2 (partiellement adéquat), ou 2/2 (adéquat) a été attribué au mouvement.
  • Évaluation 3D


L'analyse du mouvement en 3D a été enregistrée par un ensemble de 10 caméras stéréophotogrammétriques, une plateforme de force encastrée dans le sol et 3 caméras à haute vitesse placées frontalement et bilatéralement dans la direction du mouvement. Au total, 42 marqueurs rétro-réfléchissants ont été placés sur chaque sujet selon le protocole « Plug-in Gait » pour l'ensemble du corps. En ce qui concerne l'analyse 3D, VICON Nexus a été utilisé pour quantifier le KAM. La valeur KAM maximale a été extraite pour chaque essai et normalisée en fonction du poids corporel du sujet.
Configuration du laboratoire : exemple ici pour un COD effectué par le pied droit. Les caméras encerclées ont été utilisées pour la mesure 3D du KAM, tandis que les caméras dans les boîtes triangulaires ont été utilisées pour l'analyse 2D (ici, celle en noire n’a donc pas servi car COD effectué pied droit, mais elle servira pour COD pied gauche). 

Résultats

  • Au total, 180 essais valides ont été inclus dans l'analyse. 
  • La vitesse moyenne des essais était de 4,0 ± 0,3 m/s.
    Le pic moyen de KAM était de 2,7 ± 1,0 N*m/BW et de 2,5 ± 1,5 N*m/BW, respectivement, pour les sujets masculins et féminins. 
  • Pour les sous-scores, la fiabilité intra-évaluateur était ICC>0.88 (0.88-1.00), tandis que la fiabilité inter-évaluateur allait de 0,68 à 0,92. Le score total a montré une fiabilité intra-évaluateur et inter-évaluateur de 0,94 et 0,83, respectivement.
  • Le principal résultat est une forte association pour le KAM entre l’analyse 3D et l’analyse 2D. Un KAM significativement plus élevé a été trouvé pour les athlètes obtenant un score faible (0/2) par rapport à ceux obtenant un score élevé (2/2) dans tous les 5 critères et aussi dans le score total (20-47% plus élevé, p < 0.05). Le score total (/10) et le critère « stabilité des membres » ont montré le meilleur pouvoir discriminant.